Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 03:00

 

Dans-les-veines-ce-fleuve-d-argent.jpg Dans les veines ce fleuve d'argent de Dario Franceschini

Editions Folio - 2006

144 pages

Traduit de l'italien par Chantal Moiroud

roman

 

 

Livre lu dans le cadre du challenge Il Vaggio organisé par Nathalie du blog Mark et MarcelChallenge il viaggio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un roman en apparence tranquille mais où une multite de petites histoires autour d'un fleuve y sont racontées. Je n'irai pas jusqu'à dire que le fleuve est le personnage principal mais il tient une place très importante.


Primo le personnage principal décide presque sur un coup de tête d'entreprendre un voyage pour retrouver un ami qu'il n'a pas vu depuis quarante ans. Ce dernier lui avait posé une question à laquelle il n'avait pas su répondre. Le voyage va être lent et principalement le long du Pô qui sera le décor principal de ce roman. Il va falloir attendre la fin pour connaître cette fameuse réponse, 

 

 Les gens qu'il rencontre sur son chemin expriment leur attanchement au fleuve puisqu'il est toute leur vie. On y pêche l'esturgeon, on y vient pour nager, se rafraîchir, y travailler, se rencontrer, s'aimer, laver son linge, s'y noyer, lutter contre lui pour éviter l'inondation.

 

Le voyage entreprit par Primo lui fait prendre toutes sortes de moyens de transports, le train, la charette tirée par un cheval, le vélo, une barge pour traverser le fleuve etc. Et par ce biais le rythme est donné au roman avec lequel on traverse différents paysages et donnent le temps de toutes les rencontres.


Il ne s'agit pas d'un simple récit de voyage mais plutôt une sorte de retour aux sources pour Primo ponctué de rencontres et d'un certain regard vis à vis des autres. Il y a aussi de la magie et de la poêsie. Et les pensées de Primo le conduisent vers ses souvenirs où il s'arrête quelques fois pour nous en livrer un  morceau. Et puis les personnes qu'il va rencontrer, qui feront un bout de chemin avec lui vont eux aussi lui raconter des histoires. Il s'agit parfois d'histoires vraies, parfois de légendes et tous les sentiments y sont ressentis.

 

L'écriture est belle et permet de passer d'une scène à une autre de façon très fluide et j'ai beaucoup aimé le côté mélancolique du texte. Je me suis laissée bercée par le texte jusqu'à la fin où un sentiment de panique m'a envahie.

 

Extraits :

 

"Il avait toujours confondu le silence avec le froid. Pendant les nuits moites d'été il regardait les lèvres de Marie qui bougeaient, sans un bruit, au rythme des mots de son livre, et il commençait à trembler sous les draps rêches de coton blanc."

 

"Il lui arrivait souvent de glisser dans des rêves qui ne lui appartenaient pas. Lorsque cela se produisait, les personnages de ses rêves s'arrêtaient un peu, surpris, comme lorsqu'un étranger traverse le plateau d'un film en cours de tournage, certains faisaient même un petit signe de salut de la tête. Il se rappelait notamment une vieille femme, dans une rue lumineuse d'un village en pente : elle mangeait sur une table à côté de la porte de sa maison du pain trempé dans une assiette de soupe. En la voyant, elle s'était figée, sa cuiller en l'air, et avait ébauché un sourire en murmurant : ... mais vous n'êtes pas mon fils.

Il se demandait chaque fois à qui appartenaient ces rêves rencontrés par erreur et il était toujours ennuyé, songeant que peut-être quelqu'un errait dans les siens sans les comprendre."

 

"- D'ailleurs c'est un cheval du fleuve et il a travaillé trop longtemps dans des campagnes lointaines. Depuis qu'il est revenu, il ne pense qu'à mourir dans son eau. Je le comprends. Nous la regardons chaque matin, nous la buvons, elle nous fait vivre, nous en rêvons la nuit. Notre monde est ici, entre les digues, et c'est là que nous voulons mourir. En dehors, c'est la terre des autres.

Il se tourna vers Primo et dit en riant :

-Ne faites pas attention, nous les gens du fleuve, nous sommes bizarres. Et vous, d'où venez-vous ?

Primo plongea dans le regard noir et sans fond du cheval.

-Moi aussi je suis du fleuve, dit-il. De Cantarana."

 

 

 Pour voir l'avis de Leiloona du blog Bricabook

 


Partager cet article

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Italie
commenter cet article

commentaires

Topinambulle 09/04/2013 13:50


Ça semble être une lecture apaisante. Et je suis bien intriguée par la fin !

unepauselivre 09/04/2013 18:30



C'est tout à fait ça. Quant à la fin je te la laisse découvrir.



Hélène 08/04/2013 09:02


Un roman dont j'avais beaucoup apprécié le charme doux et ouaté !

unepauselivre 08/04/2013 18:08



On se sent effectivement bien en lisant ce roman.



nathalie 08/04/2013 08:32


Ce doit être un livre idéal en visitant la région où coule le Pô... Sinon le lien a l'air de fonctionner !

unepauselivre 08/04/2013 18:08



Tant mieux pour le lien. Effectivement c'est une belle lecture.



Leiloona 07/04/2013 19:04


J'ai tellement adoré lire ce livre ... Relire ta chronique me redonnerait presque envie de le relire, tiens ! :D


 


Ou alors je vais l'acheter pour des amis ! :D

unepauselivre 07/04/2013 19:12



Les deux idées sont très bonnes . Je vais aller voir ton avis.



Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map