Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 05:00

Formule préférée La formule préférée du professeur de Yoko Ogawa

Editions Babel

244 pages

Roman japonais

Lu dans le cadre du challenge Dragon 2012 organisé par Catherine.

 

Dragon 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce roman nous livre ici une rencontre d'une aide ménagère (la narratrice) et d'un ancien mathématicien chez qui elle vient faire le ménage. Mais ce n'est pas seulement cette rencontre qui est au centre du roman c'est aussi celle avec les mathématiques. Les mathématiques de hauts niveaux mais qui prennent ici une apparence bien plus poétique et élégante que celle que l'on peut avoir d'habitude.

 

Malheureusement, le mathématicien a eu un accident de voiture qui lui a laissé comme séquelle une capacité de mémoire limitée à 80 minutes. Il garde toutefois sa mémoire de ce qui s'est passé avant l'accident.

 

Le contact est un peu difficile à s'établir au début mais petit à petit se créer une complicité où les mathématiques servent de lien. Il y a aussi Root, le fils de 10 ans de l'aide ménagère qui partage cette relation avec comme point commun avec le professeur la passion du base-ball.

 

J'ai beaucoup aimé cette alchimie qui s'est crée avec ces trois personnages. Chacun apportant beaucoup aux deux autres sans s'en rendre compte.

Toute l'histoire se passe principalement dans le modeste pavillon du professeur sans toutefois m'avoir apporter la sensation d'étouffement. Les quelques sorties entreprises donnent l'occasion de connaître autrement le professeur. De faire deviner ce qu'il a été mais en même temps ce qu'il est devenu. Je ne sais pas si je suis claire dans mon propos mais je ne sais pas comment le dire autrement. Son habitude de se coller des notes sur son corps pour lui servir de mémoire m'a fait à la fois sourire et de la peine. C'était comme un message pour nous lecteurs de bien se rappeler de temps en temps la conditions dans laquelle il vivait.

 

Ce qui m'a surpris au début c'est le ton de la narratrice. Je le trouvait un peu trop lisse. Je pense que cela était peut-être pour marquer sa condition sociale, le respect envers le professeur et peut-être aussi un trait de caractère d'une personne calme et bonne.

 

Concernant les maths, le domaine du professeur était celui des nombres premiers. Un domaine qui m'est a priori plus sympathique que d'autres. Mais tout comme l'aide ménagère, je fus surprise par tous les chemins que l'on peut parcourir avec eux. Il me semble d'ailleurs que les mathématiciens au contact des chiffres finissent par les considérer comme une personne à part entière en leur attribuant à chacun une personnalité bien définie.

 

Quant au base-ball je suis sure que les passionnés y trouveront leur compte. Ca part dans de telles descriptions que parfois j'avais bien hâte de retourner aux mathématiques. Je suis bien désolée de n'avoir toujours pas très bien compris la règle du jeu d'ailleurs.

 

Pour conclure, je dirai que c'est une histoire qui est écrit avec beaucoup de finesse. Où il ressort beaucoup d'émotions, de sérénité et de communion de ces trois personnages.

Une belle histoire quoi.

eπi + 1 = 0

 

"Qu'il ne puisse toujours pas se souvenir de mon existence au bout de plusieurs jours semblait ne pas être faux. La note avec le dessin de mon visage accrochée à sa manche lui apprenait seulement que ce n'était pas sa première rencontre avec moi ; elle n'était d'aucune utilité pour ressusciter en lui les heures que nous avions passées ensemble".

 

"- Les nombres existaient déjà il y a si longtemps ?

- Bien sûr. Vous pensiez qu'ils étaient apparus vers la fin de l'époque d'Edo, peut-être ? Les nombres existaient déjà avant l'apparition de l'homme, que dis-je, avant celle du monde.

- Aah, vraiment ? Je pensais que c'étaient les hommes qui avaient découvert les chiffres.

- Non, c'est faux. Si c'étaient eux personne ne ferait autant d'efforts et on n'aurait pas besoin des mathématiciens. Personne n'a été témoin de leur processus d'apparition. Quand on les a remarqués, ils étaient déjà là."

 

"Parce que pour les problèmes il y a un rythme, tu vois. C'est comme avec la musique. Si tu arrives à trouver le rythme en le lisant, tu découvres la totalité du problème, et tu peux même avoir une idée des endroits suspects où il pourrait y avoir des pièges dissimulés".

 

 

  L'avis d'A Girl avec qui j'ai fait la lecture commune

 L'avis de Céline

 L'avis de Kikine (une pause lecture)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Japon Asie
commenter cet article

commentaires

Ys 08/03/2012 18:22


Mes problèmes avec la littérature japonaise n'ont pas été résolus à la lecture de cette auteur...

unepauselivre 09/03/2012 08:56



Qu'est-ce que tu n'aimes pas dans la littérature japonaise ? Je me souviens d'avoir lu un roman japonais qui ne m'avais pas plu du tout car c'était un mélange entre réalité et suréalisme. Avec
cette auteure  j'ai bien accroché.



A_girl_from_earth 07/03/2012 22:15


Nonon pas de LC, ni challenge, ni rien baseball. Lecture sans frontières, mais avec des limites! 

unepauselivre 09/03/2012 08:53



  On a tous des sujets que l'on préfère éviter.



amaryllis 07/03/2012 14:06


J'aime beaucoup cette auteure et même si je ne suis no protée sur les mathématiques, ni sur le base-ball mais je sais que l'auteure est capable de nous transporter dans des thèmes variés. Je
retiens ce livre. 

unepauselivre 07/03/2012 18:52



Et bien je te souhaite une bonne lecture avec ce livre. Pour moi c'était une découverte de l'auteure. Merci de ta visite.



A_girl_from_earth 05/03/2012 23:21


Oui, c'est ça, on y parle de mathématiques avec poésie et élégance (alors que, pourrai-ton parler de poésie avec mathématiques? Mmmh, j'en doute! ). J'ai vraiment aimé cet aspect. J'ai bien adhéré au style de l'auteure aussi, le ton "trop lisse" de la narrtrice ne m'a pas paru étrange,
enfin, disons qu'il y avait une certaine étrangeté dans le ton tout le long mais j'ai trouvé que ça avait beaucoup de charme. Pas assez pour me faire oublier le base-ball par la suite cela dit!:)

unepauselivre 06/03/2012 23:19



Effectivement je ne suis pas sure qu'on puisse parler poésie avec les mathématiques. Mais bon, quelques fois il y a des gens très doués . Je vois que toi aussi tu as ressenti le ton (je ne sais pas si j'ai utilisé le bon terme d'ailleurs). En tout cas quand je me
suis demandé ce qui me dérangé en lisant et que j'en ai pris conscience, ça m'a plus du tout dérangé. Si je comprend bien pas la peine de te proposer une LC sur le base ball alors ?



keisha 05/03/2012 18:28


Sans rien d'étonnant, j'ai aimé, mais moins les parties base ball


la formule que tu cites est une splendeur géniale, une sorte de résumé du grandiose des maths (bon, OK, je file)

unepauselivre 05/03/2012 19:45



  Tu as bien vu comme j'aime les maths, n'est-ce pas ? Pour moi la place qu'occupe la place du base ball ne m'a pas
trop gênée mais c'est vrai qu'elle est importante.



Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map