Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 20:58

 

La hache et la terre Olafur Gunnarsson

 

Edition : Gaïa

497 pages

Roman historique islandais – période XVIe siècle

Traduit de l’islandais par Henry Kiljan Albansson

 

Quatrième de couverture :

 

Islande, 1550. La Réforme s’est implantée dans une grande partie de l’île. Dans cette Islande féodale, un homme inflexible se dresse pour maintenir l’ordre ancien : Jon Arason, le vieil évêque catholique des territoires du Nord. Plus encore que sa croyance, celui-ci veut avant tout préserver le libre arbitre de son pays et sa culture. L’Islande, formidable réserve de richesse et de nourriture, refuse de plier face à la domination danoise.

Tout au long de cette épopée guerrière s’exprime rudesse et beauté, simplicité et grandeur de la terre d’Islande et de son peuple.

 

L’Islandais Olafur Gunnarsson est né en 1948 à Reykjavik. Il est l’auteur d’une douzaine de romans. Après Cathédrale des trolls, son premier roman traduit en français Gaïa, 2007), voici La hache et la terre, qui a reçu le prestigieux Prix de Littérature Islandaise en 2004.

 

Mes impressions :

 

Une histoire très centrée sur la rivalité entre catholique et réformés voire plutôt une lutte de pouvoir entre religions et l’intérêt politique.

Le récit nous entraîne à parcourir le territoire islandais à cheval la grande partie du temps, pour suivre l’évolution de cette lutte où chacun y voit son propre intérêt mais aussi, chacun à sa façon celui de l’Islande.

Une lecture qui m’a semblé longue par le rythme très uniforme, une difficulté à bien identifier les personnages au début. Même le déroulement de l’histoire ne me paraissait pas clair dans les premiers paragraphes, l’action semblait être toujours la même. Des passages très longs avec en contrepartie des descriptions très courtes sur certains détails sans comprendre sur quoi ils nous emmènent.

Pour l’histoire qu’il racontait, le livre m’a paru trop volumineux.

 

Je retiens d’avantage le côté historique de l’Islande avec les rapports qu’elle entretenait ou subissait des autres pays, les descriptions des paysages plutôt  que les personnages qui me paraissent dans ce deuxième livre islandais que je lis, trop distants.

 

Après ces quelques mots on pourrait vite conclure que ce livre ne m’a pas intéressé. Pourtant, voici quelques jours que je l’ai refermé et c’est maintenant avec le recul que je commence à l’apprécier, à ressentir davantage le style très narratif de l’auteur.

Partager cet article

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Islande
commenter cet article

commentaires

Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map