Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 16:23

Mort-Marraine.jpg 

La Mort-Marraine d'Anne Quessemand

Illustration Larent Berman

Editions Ipomée

42 pages

Conte fantastique

 

 

Jean est un homme heureux, follement amoureux. Lorsque sa femme met au monde leur cinquième enfant, elle meurt. Accablé de chagrin, il décide de ne pas donner de prénom à l'enfant ni de parrain.

Chacun leur tour, Dieu, le Diable et le Renard essayent de le dissuader d'être le parrain et de l'adopter. Mais Jean refuse en leur reprochant à chacun de ne pas être juste et de ne rien apporter de bon aux gens.

Pour clore le sujet, il décide d'offrir un banquet pour annoncer clairement à tout le monde sa décision.

C'est au cours du repas que la Mort décide alors d'intervenir. Jean s'incline devant elle et la juge seule apte à pouvoir élevé son enfant puisqu'elle est la seule à être juste avec chacun.

L'enfant part donc dans les bras de la Mort qui fut pour lui pleine de tendresse et lui appris une multitude de choses qui devaient lui permettre, une fois devenu adulte, d'être pour elle un excellent rival.

Mm1 

Lorsque l'enfant fut devenu adulte et apte à voler de ses propres ailes, elle lui donna le nom de Docteur Amor (pour ne pas se trahir) et lui promis d'être à ses côtés dans les premiers temps afin qu'il puisse se faire une réputation. Elle lui dit qu'elle se tiendrait soit au pied du lit des patients lorsqu'ils vivront, soit à la tête lorsqu'ils devront mourir.

Le Docteur Amor devint infaillible et donc célèbre.

Un jour, il fut appelé au chevet d'une princesse dont le père promis son royaume et sa fille à celui qui la sauvera.

Le Docteur Amor qui tomba immédiatement amoureux lorsqu'il vit la princesse, pris peur quand il vit également sa marraine la Mort à la tête du lit.

Aussitôt, il tourna le lit pour sauver la princesse. La mort, vexée, disparut et ne revint plus.

La princesse Aurore fut guéri, tomba elle aussi amoureuse, ils se marièrent et eurent des enfants.

Sûr que la Mort lui ferait payer un jour ou l'autre son geste, le docteur se mit à enseigner la médecine autour de lui.

Puis, vint le jour où la Mort lui joua également un mauvais tour...

On s'approche alors de la morale de l'histoire, (que je vous laisse le soin de lire) qui se penche sur l'importance de la vie, la roue qui tourne, de ces petits moments qui remplissent une vie et pour lesquels on doit porter beaucoup d'attention et d'importance. Une histoire qui semble bizarre mais qui est à la fois belle un peu grinçante parfois.

Elle est racontée d'une façon qui marie merveilleusement bien le langage des histoires anciennes et celui des histoires modernes plus dynamiques et se passant si aisément d'un cadre strict. Il y a de la fantaisie et de l'humour. De la fantaisie on en trouve aussi dans les dessins qui accompagnent très bien le texte. Et, malgré le sujet qui frôle si bien la mort, on referme le livre avec l'envie d'aimer bien plus la vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map