Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 04:00

philosophie-de-la-vie-conjugale.jpg  Philosophie de la vie conjugale

 d'Honoré Balzac

 Editions Folio

 85 pages

 

 Lu dans le cadre Grands Classiques organisé par Natou

 

classiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Arrivé à une certaine hauteur dans la latitude ou la longitude de l'océan conjugal, il se déclare un petit mal chronique, intermittent, assez semblable à des rages de dent..."

 

Voici la première phrase de la Philosophie de la vie conjugale qui nous place directement dans le contexte.

 

Bien différent du précédent livre que j'ai lu de Balzac "La Maison du chat qui pelote" par l'écriture, cet ouvrage nous fait part du sentiment de Balzac envers le mariage, ses travers, son cheminement et propose un comportement à y adapter afin que ce périple puisse apporter le meilleur de lui-même.

Pour cela il illustre les comportements des deux parties à travers deux époux qui ont passé depuis déjà quelques temps l'étape de la lune de Miel. Caroline et Auguste nous font partager les petites scènes bien caractéristiques qu'il est courant de rencontrer dans cette union.

 

Bien sur, nous trouvons à travers le texte des éléments qui nous démontre bien qu'il s'agit d'une époque bien différente de la notre. Cependant, le sujet ainsi que ces déboires restent bien actuel. La confrontation de l'homme et de la femme semble être gravé sans que l'on puisse trouver beaucoup de grandes modifications dans le comportement type.

 

Certaines vues de l'auteur sont très fines dans la comparaison qu'il donne. Certaines vérités sont difficiles à contester, on en souri, on peut éventuellement rire jaune. C'est un livre que j'ai trouvé très plaisant surtout en ayant à ce jour du vécu sur ce sujet .

 

Voici quelques autres phrases puisé au fil des pages :

 

"Règle générale : Aucun homme n'a pu découvrir le moyen de donner un conseil d'ami à aucune femme, pas même la sienne."

 

"Axiome : Quand un mari et une femme se tiennent, le diable seul sait celui qui tient l'autre."

 

"Les malheurs de 1814 affligent toutes les existences. Après les brillantes journées, les conquêtes, les jours où les obstacles se changeaient en triomphes, où le moindre achoppement devenait un bonheur, il arrive un moment où les plus heureuses idées tournent en sottises, où le courage mène à la perte, où la fortification fait trébucher. L'amour conjugal, qui, selon les auteurs, est un cas particulier d'amour, a, plus que toute autre chose humaine, sa Campagne de France, son funeste 1814. Le diable aime surtout à mettre sa griffe dans les affaires des pauvres femmes délaissées, et Caroline en est là."

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article

commentaires

A_girl_from_earth 23/06/2012 00:37


Tiens, j'ignorais qu'il avait ce titre à son actif! Ça sonne tellement contemporain en plus, comme considérations. Ça doit être intéressant de comparer les moeurs et les époques, même si en
effet, dans le fond, l'homme reste homme et idem pour la femme...

unepauselivre 23/06/2012 23:11



J'ai eu exactement la même réaction que toi pile poil . Il vaut vraiment bien le détour d'ailleurs.



keisha 22/06/2012 18:07


Balzac, sans risques, avec ce petit volume!

unepauselivre 23/06/2012 23:05



Effectivement. J'aime beaucoup l'originalité de l'analyse d'ailleurs.



Céline72 22/06/2012 08:02


Il va falloir que je vois cela.

unepauselivre 23/06/2012 23:05



J'aime beaucoup comment Balzac analyse le sujet. C'est à lire.



Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map