Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 03:00

Il s'agit de la présentation du film mais je trouve qu'elle donne la pêche avant de partir de vacances. 

 



 
Repost 0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 03:00

Julien-Boisvert.jpg Julien Boisvert de Plessix & Dieter

Edition Delcourt - 1991

Edition intégrale

46 pages

 

 

 

amour-coeur-00011

 

 

Voici un bd dont le personnage va compléter ma liste de mes favoris.

Un Julien Boisvert que l'on découvre - au début de l'édition intégrale regroupant 4 tomes - dans la peau d'un gentil jeune homme de bonne famille, menant une vie tranquille à Paris en qualité de fonctionnaire à l'Office de Protection Internationale des Cultures. Mais la présentation serait incomplète si je ne présentait pas Gilbert, un basset artésien plein de charme, son compagnon presque inséparable qui a bien sa place auprès de son maître.


A chaque tome de la série Julien va être amené à entreprendre différents voyages qui vont lui faire connaître la vie, le faire mûrir. Il se retrouvera entraîné dans différentes aventures où les rencontres et les événements lui imposeront une bonne remise en question. A la fin ce sera comme une boucle bouclée, comme un aboutissement.

 

Mais bon aujourd'hui j'ai décidé de ne pas vous laisser sur votre faim en vous faisant un petit résumé des quatre histoires. Juste un petit peu pour vous donner l'envie de le lire.

 

1er tome : Julien Boisvert se rend en Afrique pour une mission humanitaire afin d'accompagnerer une tribu semi-nomade, les Fuldaabé. Mais son avion fait une chute dans le désert. Le contact avec les Fuldaabé se fera d'une toute autre façon. Parmi eux il s'y sentira comme dans une famille, y trouvera l'amour. Malheureusement il sera aussi le témoin du traitement réservé à ce peuple mais aussi au pays.

 

2ème tome : C'est à Guernesey que l'on retrouve Julien un peu plus mûr. Une histoire sur fond d'enquête policière suite à la disparition d'un enfant. En même temps l'enfance de Julien refait surface et semble un peu l'étouffer.

 

3ème tome : Julien vit maintenant au Mexique avec une femme d'une jalousie, (ouh lala ! incroyable les scènes de ménages). On apprend cependant qu'il est marié (avec une autre, celle du tome 2) et père de famille. Mais cette situation ne semble pas bien assumée, voire pas du tout. A côté de cela il se trouve mêlé à une série de meurtres.

 

4ème tome : A la recherche de son père au États-Unis Julien est maintenant un homme mûr. Il sera confronté dans ce tome au raciste et à l'intolérance.

 

Et c'est sans hésitation aucune que je peux donner un avis très enthousiaste de cette bd. J'y ai tout aimé. Le personnage de Julien bien sûr mais tous les autres qui par leur personnalité apportent beaucoup de vie à cette série. Un des autres points principaux à m'avoir plu est le langage des dessins qui avec peu en disent beaucoup sans qu'aucune bulle ne soit nécessaire, bien au contraire. Et puis il y a le scénario, la mise en page (ou mise en scène je ne sais pas) bien faite. Une bd qui contient des voyages, de l'humain, de l'aventure, de l'amour, des émotions, de l'action et du policier. C'est un autre Julien que l'on quittera à la fin.

 

Julien-Boisvert1.jpg   Julien-Boisvert2.jpg

 


Repost 0
Published by Loo - dans BD - Mangas
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 01:00

Big Fish Big Fish de Daniel Wallace

Editions autrement - 2004 (1998)

153 pages

roman

Traduit de l'américain par Laurent Bury

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la lecture d'un roman historique se déroulant au Moyen-Âge, Big Fish m'a fait passer d'un monde à un autre sans transition. Ça surprend au début et puis finalement on s'y fait. De ce livre un film a été réalisé par Tim Burton que je souhaite vivement voir après cette lecture.

 

C'est au travers les yeux d'un fils (William) que l'on voit l'histoire de son père (Edward Bloom) se dérouler dans des situations abracadabrantes, loufoques, incroyables. Et bien que le fils soit adulte c'est bien à travers des yeux d'enfant qu'il nous restitue cette histoire. Ce père qui est maintenant en train de mourir semble avoir eu une vie sortant totalement de l'ordinaire, il est considéré comme un héros dans toutes les situations qu'il a rencontré.

 

"Un jour, une poule est venue s'asseoir sur les genoux de mon père pour pondre un oeuf, un petit oeuf marron. On n'avait jamais rien vu de pareil, personne."

 

"On dit qu'il a grandi tellement vite que pendant un moment (des mois ? Presque une année entière ?) il a été cloué au lit parce que la calcification des ses s n'arrivait pas à suivre les ambitions de sa taille, alors, quand il essayait de se lever, il ressemblait à une vigne sans tuteur, et il tombait par terre, en un petit tas." 


Mais le petit bémol est la relation père/fils que William voudrait une bonne fois pour toutes mettre à nue. Avec un père qui n'a su s'exprimer qu'à travers des histoires drôles ou extraordinaire les sentiments sont peu dévoilés finalement. Les histoires de son père il n'y croit plus vraiment et pourtant c'est à travers elles qu'il se représente son père. Il va donc tenter de sortir son père de ses retranchements mais la chose ne s'avère pas facile.

 

Raconté par de courts chapitres on passe parfois d'une chose à une autre sans que cela soit gênant bien au contraire. Tous les ingrédients sont réunis pour faire passer cette histoire quelque peu fantastique et  touchante à la fois.

 

J'attends maintenant de pouvoir regarder le film qui paraît-il est encore mieux.

 

 

 

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Amérique du Nord
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 14:13

Me voici enfin qui me décide à refaire surface. Difficile de reprendre après un si long moment mais c'est avec plaisir que je relance le blog. Je dois tout de même avouer que ce sera de courte durée, vacances obligent ! Quelques billets histoire de se remettre en route avant de partir pour quelques temps. Mais cette fois-ci je t'acherai d'être moins longue.

 

Je réattaque donc avec le Liebster que quelqu'uns d'entre vous m'ont déposé.

Au plaisir de vous retrouver.

 

award-liebster

 

 

 

J'ai remarqué qu'à chaque fois que je fais un pause, certains/certaines en profitent toujours pour me taguer. Ceci dit, ça m'a fait plaisir de voir que l'on pensé à moi. Comme j'ai reçu le tag en période de grande flemme je me permet de regrouper les questionnaires sur le même billet et même que j'en ai suprimer quelques unes. J'espère sans rancune.

 

Le but du jeu :


Révéler 11 choses sur soi

Répondre à 11 questions

Désigner 11 victimes que je laisse se choisir toutes seules vu le nombre de fois que le tag a circuler sur les blogs. J'ai tout de même 11 questions qui attendent en bas de page.


Donc en premier 11 choses sur moi :

 

1/ Je comme à sortir de ma léthargie. Peut-être lié avec l'été et aux vacances qui approchent.

2/ J'ai continué mes lecture pendant la pause et du coup j'ai plein plein de billets à écrire.

3/ Malgré cette pause je pensais bien à vous. Je suis même venue quelques fois sur vos blog en douce.

4/ Je pense avoir trouvé le temps de concilier le blog avec mes autres activités.

5/ Je vais prochainement suivre l'évolution d'Overblog et j'espère ne pas être trop perdue avec les nouveautés.

6/ J'ai fait découvrir Molière à mes enfants ces derniers mois. Un vrai plaisir de les voir rire et aimer le théâtre.

7/ Cette été je pars en vacances avec ma canne à pêche. J'ai dû promettre que je relacherai les poissons (si toutefois j'arrive à en attraper)

8/ Je redécouvre en ce moment les films classiques français. On est en ce moment sur la série Fernandel.

9/J'ai plaisir à partager mes lectures depuis deux ans sur mon blog. Je souhaite que cela continue encore un bon moment.

10/ Je trouve que dire 11 choses sur soi ne soit pas très facile. Je commence à sécher.

11/ Ca y est j'arrive au bout. Quand vous lirait ce billet c'est que d'autres billets vont arriver. En général j'ai aimé ce que j'ai lu.

 

Maintenant les questions réponses :

 

Les questions de Philippe :

 

1. Si tu étais un poème?

If de Kipling. J'adore, je l'ai offert à mon fils


2. Quel est ton premier souvenir livresque? Quel livre a marqué ta jeunesse?

La série Caroline et après le Club des cinq


3. Si je te dis "école", tu penses à .......

L'odeur de la craie et la cour de récréation. Et maintenant à tout ce que ça implique en tant que maman.

 

5. Si tu ne pouvais emporter qu'un objet, ce serait...

Mon couteau Corse, il m'est très utile.

 

10. Si tu pouvais revivre ta vie (ou une partie), tu changerais quoi?

Alors là il y aurait beaucoup d'erreurs que j'aimerai corrigée. Sinon, j'aimerai bien être au moins bilingue et m'en servir pour ma vie professionnelle.


11. Un rêve que tu aimerais voir se réaliser?

Pouvoir ressentir les sensations de ceux qui ont accompli de grands exploits sportifs et être quelques instants dans la peau de ceux qui ont fait de grandes découvertes. Ça doit être génial.

 

Les questions de Coccinelle:

 

1. Ton blog, quand et pourquoi t'es-tu lancée ?

Pour partager, transmettre, m'obliger à écrire mes impressions en dépassant les deux lignes.

 

3. Penses-tu que ton blog existera encore dans quelques années ?

Je ne sais pas mais j'aimerai bien.


 

4. Ton livre préféré en ce moment ?

Je lis Naissance d'un pont de Maylis de Kerangal qui me plaît bien. Et comme c'est le seul que je lis la préférence est vite trouvée.


 

6. Ton artiste préféré ou ta chanson préférée en ce moment ?

En autre, le cd The Soul of Spain

 

7. Quel serait le menu du repas si tu m'invitais ?

Je piquerai sûrement une recette sur ton blog pour pouvoir tester.

Sinon pourquoi pas : salade pamplemousse/avocat ; poulet avec courgettes fries ;  fromage ; tiramisou (fait par monsieur spécialiste des desserts). Est-ce que le menu te convient au moins ? Parce que en général je me renseigne avant que les gens viennent.



8. Préfères-tu la vie rurale ou la vie citadine et pourquoi ?

Les deux présentes avantages et inconvénients. Les circonstances de la vie m'ont fait rester en ville. Mais je me serai bien vue aussi vivre ailleurs.


9. Où passeras-tu tes prochaines vacances ?

En corse

 

 

Les questions d'A Girl

 


Que me recommanderais-tu (un seul titre par catégorie) en :

1. roman français ?
Philippe Labro  rendez-vous au Colorado 

2. roman étranger ?
Dans les veines ce fleuve d'argent de Dario Franceschini

3. BD, manga, manhwa, comics ?
Julien Boisvert de Plessix/Dieter (patiente un peu tu vas pouvoir lire bientôt mon billet, mais tu n'es pas obliger d'attendre) 

 

9. Peux-tu me donner une recette simplississime de plat principal ?
Un omelette mais tu sépare les blancs des jaunes. Tu peux même mettre moins de blancs que de jaunes. Tu monte les blancs en neige. Tu fait cuire les jaunes avec éventuellement un peu de lait. Tu place dessus les blancs en neigne comme une galette, tu retourne pour bien faire cuire toute l'épaisseur des blancs. A servir éventuellement avec des légumes. Sinon j'ai aussi la recette de la patte d'ours sur le blog.

10. D'une entrée ?
Très simple mais encore faut-il aimer les poivrons : tu lave autant de poivrons que tu veux, tu les sèches, tu les passe entiers au grill en les tournant de temps en temps jusqu'à ce que la peau soit un peu noire (attention j'ai bien dit un peu). Tu les sorts, les épluches sous l'eau froide pour éviter de te brûler les doigts, tu les coupe et enlève les pépins.  Tu fais de fines lamelles que tu places dans un saladier avec des gousses d'ail et tu recouvre d'huile d'olive ou aure. Tu place au frigo quelques heures pour laisser bien imprégrner. Et c'est tout. 

11. Et celle d'un dessert ?
Tu n'es pas tomber sur la bonne personne. Je passe mon tour. 

 

Mes questions à ceux et celles qui veulent se dévouer pour faire les victimes :

 

1/ Un personnage de roman qui t'ai marqué
2/ Apprécie-tu rencontrer des auteurs ?
3/ Un passage ou une phrase d'un livre que tu as retenu ?
4/ T'arrives tu de te trouver des similitudes avec certains personnages de roman ?
5/ Les livres que tu envisages de lire pour cet été ?
6/ Une autre passion que les livres ?
7/ Le lieu le plus approprié pour la lecture ?
8/ Un objet fétiche ?
9/ Est-ce que la blogosphère t'a influencé sur le choix de tes lectures ? Un peu ou beaucoup ?
10/ Un titre du livre le plus drôle que tu as lu ?
11/ Un beau voyage en perspective ?
Bon courage

Repost 0
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 10:51

Je suis gagnée actuellement par une grande flemme côté lecture.

Pas moyen en ce moment de terminer les articles en attente. Pas moyen non plus d'avancer mes lectures car elles ont sur moi un effet soporifique incroyable.

Tout ça pour vous dire que je vais me mettre en pause quelques temps. Je ne m'inquiète pas autre mesure car je ne ressens pas pour autant de rejet ni pour les livres ni pour le blog. Alors je vais attendre que cette période se passe pour revenir un peu plus en forme.

Bonnes lectures à vous en attendant.

 

Loo

Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 00:00

Le grand feu Le Grand Feu de Jeanne Bourin

Editions Folio 1988 (1985)

597 pages

roman historique XIIe siècle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors d'un incendie dans le château de Fréteval Isambour jeune brodeuse sur toile est sauvée par Bernold jeune maître ouvrier. Ils tombent amoureux mais comme Isambour est promise à un autre, Bernold n'hésite pas à l'enlever pour l'épouser. Ils vont s'aimer pendant des années avec à leur côté plusieurs enfants. Installés dans les alentours de Blois, Bernold s'est installé pour son propre compte.

Leur amour va pourtant être mis à mal et s'est une autre vie que va connaître Isambour avec des épreuves assez difficiles à surmonter mais qui lui forgeront une certaine force de caractère.

 

Toute cette histoire se déroule au moyen âge au XIIe siècle. Le roman est riche en connaissances de cette époque dans différents domaines et de plus très bien amenées dans l'histoire. Toute la vie quotidienne y est donc bien dépeinte à travers les différents métiers, la mentalité, la médecine, les repas, la vie de famille et bien d'autres thèmes encore avec bien entendu la Grande Histoire en toile de fond.

 

En guise d'exemple nous est donc expliqué l'utilisation des plantes pour soigner tous les maux, l'organisation pour assurer les vivres de toute une famille durant une année, la place qu'occupe la religion dans le quotidien que ce soit les petits comme les grands événements avec en parallèle les pratiques utilisées il y a encore peu de temps.

 

Et puis c'est aussi une époque où un grand développement des villes  mais aussi des villages se produit. L'arrivée d'Adèle Adèle la fille de Guillaume le Conquérant et épouse du comte de Blois apporte également beaucoup de changement dans les moeurs. Comme annoncé dans la quatrième de couverture c'est tout un monde en mutation qui se déroule dans ces pages.

 

Pendant une bonne partie de ce roman je ne me suis pas beaucoup attachée aux personnages. Peut-être cela est-il dû au fait que l'on fait un bond de quinze ans après une centaine de pages qui nous permettent à peine de faire leur connaissance. Je les ais regardé comme témoins d'une époque avant de pouvoir tout de même m'y attacher un peu. Le personnage d'Isambour ne m'a pas beaucoup intéressé au départ mais avec les années, les épreuves et sa ligne de conduite qu'elle tient à suivre tout le long m'ont poussés à porter un autre regard sur elle.

 

Un roman histoire qui est loin de me déplaire par sa construction et sa richesse. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié la description des repas et de leur préparation. De quoi avoir les papilles qui s'affolent.

 

Extraits :

 

"Il lui fallait, comme d'habitude, surveiller la cuisson du pain, la fabrication du beurre et des fromages faits avec le lait de ses vaches ou de ses brebis, mais en plus, présider à la salaison des poissons, des quartiers de viande, du lard qu'on ne fumait pas sous le manteau de la cheminée. Elle aidait à la confection du boudin, des saucisses, des cervelas, des rillettes, des pâtés, qui nourriraient, avec le gibier et la volaille comme appoint, toute la maisonnée durant la mauvaise saison".

 

"Dans un autre four de travail à température à peine plus basse, Gerbaut-le-mainé, de son côté, à l'aide d'une tige creuse de métal, cueillait le verre en fusion. Il portait ensuite ce tube à ses lèvres, puis soufflait légèrement avant de l'éloigner pour le tenir contre sa joue, car il ne fallait pas attirer de flammes dans sa bouche".

 

"La diposition de leur demeure était semblable, en plus modeste, à celle du donjon du baron. Deux pièces la composaient,. Au-dessus du rez-de-chaussée qui servait de réserve à vivres, la salle. On y pénétrait par une rampe mobile, escamotable en cas de danger. Au second, la chambre haute, où tout le monde couchait. Des courtines pendues entre es lites les séparaient les uns des autres".

 

 

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman historique France
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 03:00

Anticyclone.jpg Anticyclone d'Etienne Davodeau

Editions Delcourt 2000

56 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Incroyable mais vrai voici un Davodeau que je n'ai pas apprécié. Alors avant de donner mon ressenti je reprend texto la quatrième de couverture pour vous donner une idée un peu plus précise de l'histoire.

 

Quatrième de couverture : Jusqu'où seriez-vous prêt à aller pour garder votre travail ?

Elle s'appelle Nina. Ses charmantes collègues la surnomment "Grande Gueuleé. C'est vrai que son caractère exalté pourrait bien la pousser vers la pousser vers la porte de Transports Doublet ("Transports Doublet, la passion de la route"). La route, il en mange tous les jours : il est chauffeur chez Doublet. On l'appelle Castor. Castor a fait du zèle. A cause de ça, il devra laisser son volent. Le monde est mal fait. Seulement voilà. Pas plus Nina que Castor ne peuvent envisager un seconde d se retrouver à la rue. Ils sont prêts à aller très loin pour éviter ça. Et qui v devoir résoudre ce problème ? Samuel Faure, directeur des ressources humaines Un métier pas facile.

 

Mon avis : Je ne suis pas vraiment rentrée dans l'histoire qui ne m'a pas semblée bien représentée par le scénario et les dessins. J'ai même pensé quelques fois que j'avais dû sauter des pages. C'est une histoire sur un thème pas vraiment gai mais je n'ai pas senti la détermination des deux personnages Nina et Castor pour sauver leur emploi. Même la séquestration de leur drh ressemble plutôt à un week-end à la campagne entre "amis". Sans effet flash-bach il y a pourtant des scènes qui s'intercalent et  qui m'ont fait perdre un peu le fils. Enfin bref, pas vraiment emballée sans être démotivée à lire d'autres Davodeau car je sais qu'il y en a plein d'autres avec lesquels je vais me régaler.

 


Repost 0
Published by unepauselivre - dans BD - Mangas
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 03:00

Nos vies désaccordées Nos vies désaccordées de Gaëlle Josse

Editions autrement - 2012

142 pages

roman

 

 

 

 

 

Avec un personnage comme François Valier, pianiste de grande renommée j'ai tout d'abord ressenti une certaine distance avec ce personnage et son histoire. Alors qu'il parcourt le monde pour se produire en concert, il apprend par hasard que Sophie, la femme qu'il a tant aimé se trouve dans un hôpital psychiatrique depuis trois ans sans être arrivé à la retrouver. Il décide alors de tout abandonner, même la femme avec qui il vit pour retrouver Sophie.

 

Le portrait donné de cet homme n'est pas à son avantage seul son physique, son prestige et son succès auprès des femmes semble être ses seules qualités. Son côté égoïste et détaché l'ont mis à distance de beaucoup de choses et c'est avec beaucoup de remords qu'il cherche à reprendre contact avec Sophie. Cette dernière, repliée sur elle-même dans sa chambre d'hôpital écoute en boucle la musique de Shumann que François avait enregistré.

 

Ponctué de flash-back, de courts textes en italique à la fin de chaque chapitre l'histoire se déroule dans un univers musical. Gaëlle Josse fait d'ailleurs un parallèle avec la vie de Robert Shumann et sa femme Clara. François se remet en question en se rappelant sa vie passée et les raisons de sa séparation avec Sophie. Bien que cet homme ne me soit pas spécialement sympathique j'ai trouvé tout de même que trop de choses lui était donné en accusation. Certes, Sophie est une femme fragile, un passé douloureux mais les épreuves qu'ils ont eu à subir ne peuvent être entièrement de sa faute à lui.

 

Plus qu'un intérêt pour les personnages eux-même j'ai aimé comment Gaëlle Josse a su  transcrire toute la sensibilité de leur relation mise à mal. Les mots semblent choisis pour un joli texte à lire. Seuls les passages en italique ne m'ont pas vraiment parlé mais je reconnais volontiers un manque de sensibilité de ma part quelques fois.

 

 

Extrait :

 

"Donner un récital, c'est aller chercher chacun, sur chaque note, au fond de son fauteuil. Sinon, à quoi bon tout ce cérémonial compassé ?"

 

"Dire que la vie avec Sophie fut facile serait excessif. Elle fut parfois d'une simplicité déroutante. Un cristal aveuglant. Nous étions accordés au quart ou au huitième de ton, peut-être même au ultrasons, comme les dauphins".

 

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 03:00

 

Dans-les-veines-ce-fleuve-d-argent.jpg Dans les veines ce fleuve d'argent de Dario Franceschini

Editions Folio - 2006

144 pages

Traduit de l'italien par Chantal Moiroud

roman

 

 

Livre lu dans le cadre du challenge Il Vaggio organisé par Nathalie du blog Mark et MarcelChallenge il viaggio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un roman en apparence tranquille mais où une multite de petites histoires autour d'un fleuve y sont racontées. Je n'irai pas jusqu'à dire que le fleuve est le personnage principal mais il tient une place très importante.


Primo le personnage principal décide presque sur un coup de tête d'entreprendre un voyage pour retrouver un ami qu'il n'a pas vu depuis quarante ans. Ce dernier lui avait posé une question à laquelle il n'avait pas su répondre. Le voyage va être lent et principalement le long du Pô qui sera le décor principal de ce roman. Il va falloir attendre la fin pour connaître cette fameuse réponse, 

 

 Les gens qu'il rencontre sur son chemin expriment leur attanchement au fleuve puisqu'il est toute leur vie. On y pêche l'esturgeon, on y vient pour nager, se rafraîchir, y travailler, se rencontrer, s'aimer, laver son linge, s'y noyer, lutter contre lui pour éviter l'inondation.

 

Le voyage entreprit par Primo lui fait prendre toutes sortes de moyens de transports, le train, la charette tirée par un cheval, le vélo, une barge pour traverser le fleuve etc. Et par ce biais le rythme est donné au roman avec lequel on traverse différents paysages et donnent le temps de toutes les rencontres.


Il ne s'agit pas d'un simple récit de voyage mais plutôt une sorte de retour aux sources pour Primo ponctué de rencontres et d'un certain regard vis à vis des autres. Il y a aussi de la magie et de la poêsie. Et les pensées de Primo le conduisent vers ses souvenirs où il s'arrête quelques fois pour nous en livrer un  morceau. Et puis les personnes qu'il va rencontrer, qui feront un bout de chemin avec lui vont eux aussi lui raconter des histoires. Il s'agit parfois d'histoires vraies, parfois de légendes et tous les sentiments y sont ressentis.

 

L'écriture est belle et permet de passer d'une scène à une autre de façon très fluide et j'ai beaucoup aimé le côté mélancolique du texte. Je me suis laissée bercée par le texte jusqu'à la fin où un sentiment de panique m'a envahie.

 

Extraits :

 

"Il avait toujours confondu le silence avec le froid. Pendant les nuits moites d'été il regardait les lèvres de Marie qui bougeaient, sans un bruit, au rythme des mots de son livre, et il commençait à trembler sous les draps rêches de coton blanc."

 

"Il lui arrivait souvent de glisser dans des rêves qui ne lui appartenaient pas. Lorsque cela se produisait, les personnages de ses rêves s'arrêtaient un peu, surpris, comme lorsqu'un étranger traverse le plateau d'un film en cours de tournage, certains faisaient même un petit signe de salut de la tête. Il se rappelait notamment une vieille femme, dans une rue lumineuse d'un village en pente : elle mangeait sur une table à côté de la porte de sa maison du pain trempé dans une assiette de soupe. En la voyant, elle s'était figée, sa cuiller en l'air, et avait ébauché un sourire en murmurant : ... mais vous n'êtes pas mon fils.

Il se demandait chaque fois à qui appartenaient ces rêves rencontrés par erreur et il était toujours ennuyé, songeant que peut-être quelqu'un errait dans les siens sans les comprendre."

 

"- D'ailleurs c'est un cheval du fleuve et il a travaillé trop longtemps dans des campagnes lointaines. Depuis qu'il est revenu, il ne pense qu'à mourir dans son eau. Je le comprends. Nous la regardons chaque matin, nous la buvons, elle nous fait vivre, nous en rêvons la nuit. Notre monde est ici, entre les digues, et c'est là que nous voulons mourir. En dehors, c'est la terre des autres.

Il se tourna vers Primo et dit en riant :

-Ne faites pas attention, nous les gens du fleuve, nous sommes bizarres. Et vous, d'où venez-vous ?

Primo plongea dans le regard noir et sans fond du cheval.

-Moi aussi je suis du fleuve, dit-il. De Cantarana."

 

 

 Pour voir l'avis de Leiloona du blog Bricabook

 


Repost 0
Published by unepauselivre - dans Italie
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 03:00

Le-dernier--Lapon.jpg Le dernier Lapon d'Olivier Truc

Editions Métaillé 2012

453 pages

roman policier

 

 

 

 

 

 

 

Ce que je vais retenir de ce roman ce sera surtout les paysages, l'évocation de la vie des Sami et les deux personnages Klemet et Nina enquêteurs de la police des rennes. Bien sur l'enquête m'a plu aussi mais ce n'est quand même pas elle qui prend le devant de la scène pour ce qui est de mon ressenti. 

Mais par dessus tout, j'ai aimé ce que l'auteur arrive à faire passer dans son roman de façon fluide et passionnante.

 

En premier il y a le froid, le levé du soleil qui prend tant de tant dans cette partie du monde, les aurores boréales, les paysages à perte de vue où l'on y croise à l'occasion des troupeaux de rennes. Viennent ensuite les habitants, les sami, peuple aborigène vivant notamment de l'élevage de rennes et puis ceux qui sont arrivés après comme les Norvégiens, les Suédois, les Finlandais et les Russes. La cohabitation n'est pas aisée et l'équilibre entre la tradition et la modernité est bien fragile pour les sami. En même temps que l'enquête on apprend leur histoire, leur culture, leur évangélisation qui les a détourné d'une certaine façon en même temps que l'alcool et l'interdiction de parler leur langue de leur racine. Et plus actuel il y a les partis politiques plus disposés à profiter de leur ressources naturelles qu'à défendre leurs droits.


Tout celà est donc le décor d'une enquête qui démarre sur le vol d'un tambour sami puis du meurtre d'un éleveur de rennes. Klemmet d'origine sami est affecté à la policie des rennes plus propice à gérer les dilemmes entre éleveurs qu'à mener des recherches sur un meurtre. J'ai apprécié ce personnage pour ce qu'il représentait, le genre de personnage avec ses défauts et ses faiblesses qui le rendent finalement attachant. De part ses origines on pourrait s'attendre à ce qu'il apporte des éclaircissements sur certains aspects concernant son peuple. Mais Klemet n'a pas reçu une culture Sami et il se sent bien dérouté avec ses congénères devant certaines situations. Quant à Nina sa coéquipière, toute jeune recrue elle saura s'intégrer intelligemment dans un univers plutôt masculin. Le duo va devoir trouver la réponse à différentes questions qui ne semblent pourtant pas vraiment liées au départ. Tous les personnages qui rencontrent ont chacun à leur façon une part intéressante dans le roman. Et bien entendu il y a le rôle du méchant ou plutôt des méchants à travers le shérif adjoint, assez antipathique par ses propos racistes, le fermier un politique véreux et l'étranger français à tendance pédophile.

 

Un roman donc très dense qui apporte un dépaysement total et nous transporte dans ses premières pages à une époque où d'une certaine façon l'histoire commence.

 

Je rejoins donc toute la communauté qui a aimé ce livre (je n'ai d'ailleurs trouvé aucun billet qui donne un avis négatif) et je comprend mieux maintenant pourquoi il m'a fallu tant de temps avant de pouvoir l'emprunter à la bibliothèque.

 


 

Repost 0

Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map