Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:43

l-oeil-du-loup.jpg L'oeil du loup de Daniel Pennac

Pocket junior

93 pages

 

 

Dans un zoo, un enfant et un vieux loup borgne se fixent, oeil dans oeil. Toute la vie du loup défile au fond de son oeil : une vie sauvage en Alaska, une espèce menacée par les hommes.

L'oeil de l'enfant raconte la vie d'un petit Africain qui a parcouru toute l'Afrique pour survivre, et qui possède un don précieux : celui de conter des histoires qui font rire et rêver...

 

Ce résumé de la quatrième de couverture est parfait et il ne me semble pas possible que je puisse faire mieux.

J'ai aimé cette histoire racontée de façon originale. Le face à face de l'enfant et du loup, oeil dans oeil semble les rapprocher bien plus qu'une rencontre classique. La description de ce que ressent l'enfant en regardant l'oeil du loup est très belle et le ressenti du loup au début de leur face à face émouvant.

 

Cette rencontre nous entraîne dans deux lieux bien différents. Le premier celui où le loup a vécu avant son arrivée au zoo. L'Alaska, grand territoire pour une vie sauvage parmi sa famille et sa horde. Mais la rencontre avec les humains ternie son existence.

 

La vie du garçon se déroule en Afrique. Lui non plus n'a pas toujous eu de chance dans ses rencontres avec les autres hommes. Pourtant il a su se faire une place autant auprès des animaux que des hommes grâce à son bon tempérament mais aussi son don de conteur.

 

Beaucoup de plaisir à lire ses deux histoires de deux solitaires. La fin qui unit davantage le loup et l'enfant et boucle très bien cette histoire.


Partager cet article
Repost0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 14:33

Escapade cour des miracles

Escapade à la cour des Miracles

d'Olivier Melano

Editions Ecole des loisirs

37 pages

Document fiction à partir de 9 ans

Catégorie de la blogueuse : jeunesse & Paris

 

Quatrième de couverture :

 

Paris, à la fin du Moyen Age, est sans doute la ville la plus peuplée d'Europe. Et comme dans toutes grandes villes, la misère y côtoie la richesse. Mis à l'écart, les plu démunis se sont installés au fond de ruelles obscures, transformées, au fil des ans, en véritable coupe-gorge. Les parisiens ont surnommé ces lieux malfamés "cour des Miracles". Mais de quel genre de miracle s'agit-il ?

Quentin et Margot, deux enfants que le destin va réunir, nous entraînent dans la plus célèbre de ces cours...

 

A moi la parole :

 

Ce livre racontée presque comme une bande dessinée est une merveille pour la qualité de ces dessins et les détails qu'ils contiennent. Par page nous avons avons soit une image soit trois ce qui laissent beaucoup de place pour décrire le Paris quotidien du Moyen-Âge. De belles descriptions sur certains édifices et constructions qui n'existent de nos jours. ll y a aussi les étalages des marchands, beaucoup de monde dans ces rues pas très propres, les différents métiers qui s'organisent tout le long de la Seine selon le besoin d'eau propre ou sales.

Les textes qui ne sont pas très longs sont toutefois extrèmes riches pour apporter beaucoup d'éléments.

 

Et puis il a l'histoire de la rencontre de Quentin et Margot.

Quentin est un garçon orphelin qui a était recueilli dans une famille d'un cordonnier. Maintenant qu'il est en âge de travaille il accompli certaines tâches pour son maître sévère mais bon. De son côté Margot, enfant volée puis vendue elle est élevée par une matrone parmi tous les miséreux de la cour des Miracles. Son quotidien elle le passe à mendier pour gagner sa vie, c'est-à-dire pour avoir de quoi se nourrir puisque la plus grosse part qu'elle ramène chaque soir doit être donnée au roi de la cour des Miracles.

Suite à un vol d'un pain que Margot fait parce qu'elle a faim elle court à travers les rues pour échapper à ces poursuivants. Elles rencontre alors Quentin qui l'aide à se cacher. Une complicité naît entre tous les deux. Ils se racontent leur vies mais Quentin a du mal à croire à l'existence de cette fameuse cour des Miracles. Pour lui il s'agit d'une légende pour faire peur aux enfants. Margot lui propose alors de l'y conduire.

 

En plus cette histoire, il se trouve en fin d'ouvrage un lexique pour expliquer les mots de cette époque et aussi un texte d'une page pour donner un peu plus d'explications sur cette cour des Miracles et la misère de cette époque.

 

Un très beau livre qui fait découvrir l'histoire de Paris. Aussi bien pour les grands et les petits.

Je l'ai beaucoup apprécié surtout que je viens de terminer le Métronome.



Partager cet article
Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 16:08

Desire-Bienvenu.jpg Désiré Bienvenu de Claude Roy

Editeur : Folio junior (à partir de 9 ans)
86 pages

Un livre lu dans le cadre du Challenge Animaux du Monde lancé par Sharon

Animaux du monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire de ce livre est un conte. Un conte qui aborde le thème de la différence, de la tolérance. Un conte où les problèmes humains sont exposés de façon assez originale avec comme personnage une vieille dame et son chat très différent des autres chats.
Une histoire très plaisante à lire avec un brin d’humour.

Quatrième de couverture :

Il a été désiré si fort, sa naissance (légèrement miraculeuse) fut tellement bienvenue, que tante Céline l’a baptisé Désiré Bienvenu. C’est un chat malin comme un singe, gai comme un pinson, amical comme un chien et délicat comme un chat. Les chats qui font le tour du monde en compagnie d’une vieille demoiselle, ça ne court pas les routes. Les chats qui sont lauréats du Prix Nobel de la Paix, ce n’est pas fréquent.
L’histoire de Désiré Bienvenu est tellement extraordinaire qu’on pourrait croire qu’elle a été inventée. Mais si vous le lui demandez, il vous dira que tout ça est vrai de vrai.

A moi la parole :

Tante Céline est une vieille dame dont tout le monde souhaite qu’elle soit heureuse. Ces nièces, sa gouvernante sont à ses petits soins. Mais à trop vouloir son bien être ils n’écoutent pas les souhaits de la vieille dame qui aimerait bien sortir de ses habitudes et goûter un peu plus aux plaisirs de la vie. Personne ne l’écoute et tante Céline finit toujours par acquiescer.

Jusqu’au jour où son vœu d’avoir un chat se réalise par les mailles de la laine qu’elle tricote. Comme la laine est bleue et verte, c’est un chat bleu et
vert qui apparaît. En plus de ces couleurs originales le chat parle. Il s’appellera Désiré Bienvenue.

Une grande complicité se créée entre tous les deux. De peur que l’entourage découvre le chat et s’en débarrasse, Désiré Bienvenu s’arrangera pour être le plus discret possible.

Tante Céline, toute heureuse d’avoir ce nouveau compagnon change de comportement et se montre plus rebelle. Son entourage s’inquiète, il pense qu’elle est dérangée. Le médecin souhaite la garder à l’hôpital. Alors, pour échapper à ce triste sort tante Céline e Désiré Bienvenue décide de partir en voyage. Un voyage pour faire le tour du monde et qui les conduira au Prix Nobel de la Paix.

Malheureusement dans tous les pays qu’ils visitent les gens se font la guerre. A chaque fois le couple de la vieille dame et du chat sont bien surpris et cherchent à en connaître la raison. Cette raison est toujours la différence entre les gens, tantôt une différence de langue, une autre fois un problème de religion. Tante Céline et le chat tentent de faire entendre la raison à tous ces gens. Se battre pour un problème de différence est stupide.

Leur action est connue dans le monde entier à travers la télévision et les journaux. Du coup certains pays refusent de les accueillir afin de pouvoir continuer leur intolérance sur les uns et les autres, pour des raisons toujours aussi stupides.

Las de ne pouvoir parvenir à calmer tous ses événements ils décident finalement de rentrer chez eux. La récompense qu’ils ont obtenue du Prix Nobel est redistribuée aux victimes de toutes ces guerres.

Tout le monde est heureux de les accueillir au retour. Ils sont bien déçus de ne pas être parvenus à faire progresser la paix dans le monde mais s’y résignent.

Un conte qui parle de tolérance et qui veut « prouver qu’il vaut mieux laisser les gens faire ce qui leur fait plaisir plutôt que de faire ce qu’on a décidé pour eux qu’ils devaient faire ».

Un conte très plaisant à lire où l’auteur parfois s’adresse quelques fois directement au lecteur. C’est très gai et les tournures de phrases parfois assez drôles.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 10:52

Bal des éléphants 

Le bal des éléphants – R. Kipling (auteur du Livre de la Jungle)

Illustrateur : Frédéric Mathieu

Editeur : Hachette Jeunesse

A partir de 8 ans

62 pages

 

Livre lu dans le cadre du challenge Animaux du monde lancé par Sharon.

Suivez le lien en cliquant sur l'image ci-dessous

Animaux du monde

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est raconté que les éléphants dansent certaines nuits sans que personne n’ai réussi à les voir.

Dans cette histoire nous nous trouvons en Inde au 19ème siècle. Un pays où les éléphants partagent leur vie avec les hommes. Ils sont capturés alors qu’ils vivent encore à l’état sauvage puis ramené dans des camps afin de les dompter et les dresser à effectuer le travail qu’ils sont les seuls à avoir la force d’effectuer.

Kala Nag est un de ces éléphants. Très apprécié pour sa bravoure et son courage. On lui promet des jours paisibles après toutes ces années effectuées à de lourdes taches au service du Grand Toomai, son cornac*.

Le fils de Grand Toomai, Petit Toomai fera le même métier que son père.

Mais tous les deux n’ont pas la même passion pour les éléphants. Grand Toomai préfère la vie des bases où tout y est bien organisé et confortable alors que Petit Toomai lui préfère la vie des camps bien plus mouvementée.

 

Un jour alors qu’il est intervenu dans un enclos pour maîtriser un éléphanteau, son père le réprimande en lui promettant de devenir un simple chasseur sans grand avenir. Peu de temps après, le père et le fils renconrent Petersen Sahib un chasseur à qui a été rapporté l’exploit de Petit Toomai. Ce dernier s’attend à être sévèrement puni et est tout surpris de se voir féliciter. Petersen Sahib lui promet bien des choses s’il arrive à voir les éléphants danser. Tout le monde en rie sauf Petit Toomai qui ne pense qu’à une chose voir les éléphants danser.

 

Et c’est après la saison de chasse, qu’un soir il va partir découvrir sur le dos de Kala Nag cet étrange bal des éléphants.

 

C’est une histoire qui raconte une belle aventure et nous fait découvrir la relation entre le cornac et l’éléphant. Petit Toomai est un garçon téméraire qui ne peut que plaire aux jeunes lecteurs.

Des dessins en couleur accompagnent le récit, d'uns apparence un peu flou ils sont toutefois précis et illustrent bien l'histoire.

 

 

 

*cornac ou mahout : personne qui s’occupe et guide un éléphant. Il est son maître, son guide, son soigneur. On est cornac de génération en génération. Normalement un cornac s’occupe d’un seul éléphant au cours de sa vie. Cette relation entre l’homme et l’animal est particulièrement développée en Asie ou l’éléphant reste encore un moyen de transport de matériaux dans les zones difficiles.

Le cornac est assis sur le dos de l’animal et communique avec son éléphant par l’intermédiaire de mots, de gestes et de mouvement de pieds. Ainsi un éléphant peut être dressé pour réagir à une cinquantaine de mots.

 

Documentaires sur les cornacs et les éléphants d’Asie

 

par ici

 

et par là

 

l’histoire version anglaise ici

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 21:56

Le Lest du diable  

Litérature jeunesse (10 ans)

Editions Le Croît vif - Collection imaginaires

160 pages

 

 

Ce roman s'adresse à tous, de 10 à 110 ans, et même au-delà !

Charly adore aller chez ses grands-parents, à Marennes, parce que, même si les copains y sont rares, il retrouve une grande amie, Natacha. Là, dans un grenier, il découvre une chose étrange qui le mène à l'aventure. Quelle est donc cette richesse ? Un trésor à découvrir n'est pas toujours celui qu'on espère. Il en reste bien d'autres sur lesquels on peut mettre la main !

Naviguer de Seudre en Caraïbes, apprendre vraiment ce qu'est un bateau à voiles, bousculer les sacro-saintes habitudes, deviner l'histoire des anciens ou se passionner pour cette oeuvre d'art qu'est la figure de proue d'une goélette... Nombreux sont les trésors à amasser quand on a soif de vivre ! Dans cette aventure, deux enfants des bords de Seudre vont le découvrir : une traversée comme celle-ci n'est ni moins qu'une école de vie pour tout un équipage.

 

 

Né en 1945, Jeff d'Argy est auteur interprète de chansons marines et de contes, dessinateur et aquarelliste. Installé à Marennes, il en est un des principaux animateurs culturels. Il est entre autres l'un des fondateurs d'une association de sauvegarde des lasses marennaises, le créateur d'un "cabaret-ateliers d'arts", lieu de rencontre d'artistes du pays. Il produit ses spectacles tous publics et pour enfants très au-delà du Poitou-Charentes.

 

C'est avec cette lecture que je souhaite ouvrir la section jeunesse, nouveauté 2012 sur le blog !

En souvenir de la rencontre avec l'auteur au hasard d'une promenade en 2004 à Marennes. Nous sommes rentrés dans son atelier pour l'exposition de peinture (car il est peintre aussi). L'accueil fut chaleureux, nous avons bien blagué, il nous a expliquer son travail, ses passions. Notre fils tout petit encore semblait très intéressé. Nous sommes repartis avec un tableau à l'encre de chine et ce livre qu'il a décacé à notre petit bonhomme. Il ne l'a pas encore lu mais moi si et je serai ravi de lire la suite s'il devait y en avoir une.

 

Une histoire d'aventure avec laquelle je me suis laissée embarquer avec plaisir. Une histoire que bon nombre de jeunes lecteurs aimeraient vivre et/ou auront plaisir de lire. De belles illustrations de navires très bien détaillées accompagnent la lecture. Et pour reprendre les termes de l'auteur un petit lexique simplifié se trouve en fin d'ouvrage pour les curieux qui veulent en savoir plus.

 

Une histoire où l'on voit, on sent, on entend beaucoup de choses. Jeff d'Argy  nous raconte cette aventure avec un grand talent de conteur.

 

Une histoire qui se déroule en 1910. Charly et Natacha deux enfants de 10 et 11 ans vivront à cette occasion une aventure très enrichissante par le voyage d'une chasse au trésor, par l'apprentissage du métier de marin et toutes ces leçons de vie qui font grandir les enfants.

 

Présentée en trois partie l'histoire nous est racontée avec moults détails sur cette époque.

 

La première partie est consacrée à l'arrivée de Charly chez ses grands-parents à Marennes pour passer ses vacances d'été. Il y fait une découverte dans le grenier qui incite son grand père Emile à racheter un bateau et consacrer son dernier grand voyage à la chasse au trésor. Cette chasse est prévue pour l'été suivant, le reste des vacances sera donc consacrée aux préparatifs.

 

Le début de cette première partie nous présente les deux enfants et leur milieux familial. L'auteur n'est pas avare de détails joliments écrits pour décrire le paysage et l'arrivée de Charly à Marenne.

 

En voici quelques extraits :

 

"Après avoir débarqué sur la rive gauche, la carriole se remit en marche, cahotant dans les ornières et les nides de poule de la route, longeant la Charente que l'on sentait proche plus qu'on ne la voyait, traversant Soubise que l'on aurait pu atteindre autrement, en traversant le fleuve par le passeur. Ils atteignirent enfin Moëze, puis s'enfoncèrent longuement sur la route des marais dont le bou promettait les remparts de Brouage. Les hérons et les aigrettes ne s'envolaient qu'au dernier moment, comme seulement gênés par les pas du cheval, allan se poser à ene plus loin à l'abri d'une haie de tamaris. Les marais salants semblaient briller comme autant de miroirs sous le soleil encore chaleureux. Les tas de sel roux relétaient des éclats d'une blancheur de neige. Ils entrèrent enfin dans la ville fortifiée".

 

"La première chose qui frappait en entrant, c'était l'odeur particulière, mélange de chanvre, de toile de lin et de goudron.

 

"La grande pièce chaleureuse dans laquelle trônaient deux énormes fauteuils de bois paillés, de part et d'autr de la grande cheminée lui réchauffait le coeur autant que le corps. Le foyer fumait un peu de ses grosses bûches de chênes rougeoyantes en diffusant une légère odeur de soupe aux poireaux"

 

Je fus surprise en pendant ma lecture de lire certains passages en patois. Décidemment Jeff d'Argy souhaite vraiement nous plonger en 1910. Heureusement une fois passer le premier étonnement on arrive finalement à comprendre le sens. Et puis l'auteur ne nous lâche pas comme ça, la traduction suit juste derrière si nécessaire.

 

Un extrait :

 

"Et puis, la ralingue de la misaine est à refaire, et j'h creit qu'o fadrait (et je crois qu'il faudrait) sérieusement renforcer la bande de ris sur la tinquette.."

 

On y apprend aussi ce qu'est le lest du diable. Formule utilisée à l'attention des femmes considérées inutiles voire source de problème sur un bateau. Pour Emile il est évident que Natacha ne peut faire partie du voyage.

 

Dans la deuxième et troisième partie tout l'équipage est fin prêt. Nous voici en pleine mer où Charly s'initiera entre autres aux commandes du bateau. Il apprendra beaucoup sur ce bateau autant sur la navigation que sur la vie. Le voyage est long et plein de surprises, bonnes et mauvaises. Nous sommes là en pleine aventure. Je ne donnerai pas plus de détails sur la suite de l'histoire pour ne pas tout dévoiler.

 

Un extrait :

 

"Je vais encore te dire une chose mon petit gars : un bon capitaine, ce n'est pas quelqu'un qui sait tout faire mais quelqu'un qui sait s'entourer de compagnon qui, à eux tous, sauront mener à bien tout ce qu'il y a à faire."

 

Une belle aventure, de partage entre adultes et enfants. Où les adultes ont plaisir à transmettre aux enfants leur savoir, leur passion, la tradition. Ils sont leur guide dans leur parcours pour grandir. Une belle histoire sur la vie.

 

 

goelette.jpg


 

 

 

 

 

Pour une visite sur le site de Jeff d'Argy

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 22:34

Le petit Nicolas c'est Noel Le petit Nicolas, c'est Noël

éditions Folio junior à partir de 9 ans

135 pages

 

Lecture dans le cadre du challenge La magie de Noël

 

 

 

Quatrième de couverture : Ce qui est bien à Noël, c'est qu'il y a tout un tas de choses à faire à la maison : maman prépare un dîner terrible. Papa a fait une chouette étincelle en décorant le sapin avec les petites ampoules qui brillent et après il a dit un gros mot. M. Blédurt rigole beaucoup et maman trouve qe ça n'avance pas très vite... Heureusement, le Petit Nicolas est là, et il aide drôlement !

 

Impossible que ce livre ne me plaise pas. Le petit Nicolas est et restera un de mes personnages préférés et c'est toujours avec beaucoup de plaisir que je le retrouve dans toutes ses aventures.

 

  Petit-Nicolas.jpg

 

A moi la parole :

 

Le premier livre choisi dans le cadre du challenge La Magie de Noël lancé par Mia.

Toute guillerette de me lancer dans des histoires qui m’ont toujours apportée beaucoup de plaisir, ma joie est un peu retombée lorsque je me suis aperçue qu’en fait, malgré le titre seulement deux histoires sur les quinze qui composent le livre avaient pour thème Noël. Je dois reconnaître, j’aurais du regardé de plus près avant de l’acheter, mais bon tant pis, c’est fait et malgré cette déception j’ai quand même bien apprécié.

Faut-il vraiment présenter ce personnage qu’est le Petit Nicolas ? Cet adorable bambin qui nous donne sa vision des choses et nous fait partager chaque aventure avec beaucoup d’humour. Son univers c’est sa famille et aussi bien sur l’école avec son éternelle bande de copains, toujours prêts à se lancer à la moindre occasion sur la première bêtise venue. Les adultes que le Petit Nicolas a bien du mal à comprendre font souvent les frais de ses actions. C’est drôle, attendrissant, et même si l’époque du Petit Nicolas se situe dans les années 50 (du siècle dernier) il ne semble pas avoir pris une ride. La seule différence qui me paraît pourtant importante est l’absence de violence malgré toutes les bagarres que l’on peut y trouver.

 

Le plaisir que j’ai avec les lectures du Petit Nicolas je le trouve avec les dessins très simples mais à la fois très parlants, les tournures de phrases, et ces phrases à rallonge qui nécessitent parfois une bonne inspiration pour arriver au bout.

 

La première histoire qui est La lettre au Père Noël m’a fait rire de bon cœur. Il faut dire qu’il ne manque pas de malice pour obtenir ces cadeaux.

La deuxième avec Le Noël de Nicolas qui aide son père aux préparatifs prend une tournure tragico-humoristique dont son père a bien du ma à se remettre ;

Et toutes les aventures s’enchaînent avec leur lot de péripéties et si toutes ne m’ont pas fait rire comme la première elles ont toutes l’esprit espiègle et la fraîcheur du Petit Nicolas que lui ont Sempé et Goscinny.

 

Le site du Petit Nicolas par ici

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Une pause livre
  • : Je ne suis pas tombée dans la marmite de la lecture petite, j'ai tout fait pour l'éviter. J'ai bien lu les grands classique Club des Cinq, Fantomette, Lucky Luke, Astérix et surtout Caroline. Mais pas de quoi devenir une lectrice ravageuse. Ca m'a pris beaucoup plus tard et je me souviens encore de ce plaisir et de ce déclic. Depuis, la découverte des blogs et blogeurs(ses) mes lectures ont évoluées et le plaisir de partager n'est pas pour me déplaire. La bande dessinée est restée un intemporel pour moi. Sinon j'ai mes périodes romans, classiques, voyages, lectures françaises ou étrangères et c'est selon le moment et l'inspiration. Quelques billets sur des sorties viennent de temps en temps alimenter le blog. Ouvert depuis mars 2011 mon blog a quelques fois végété. C'est d'ailleurs le cas depuis fin 2015. Remotivée, je le relance et le dépoussière un peu. Pour commencer je ne suis plus Loo mais Milou et d'ici quelques temps je verrai pour la suite.
  • Contact

Profil

  • Milou

Recherche

Traducteur

 

En ce moment

 

Bientôt

 

 Lecture commune pour mai 
avec AGirl et Keisha :

 

D'où venez-vous ?

Map