Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 04:00

Comme des larmes sous la pluie Comme des larmes sous la pluie de Véronique Biefnot

Editions Le Livre de Poche

354 pages

Premier Roman

Prix des lecteurs 2012

 

 

 

 

 

 

Si l'on m'avait dit que j'allais lire une histoire d'amour née d'un coup de foudre mêlée à une histoire d'inceste et de séquestration d'enfants je n'aurai certainement pas lu ce livre car ce ne sont pas du tout des sujets qui me passionnent dans mes lectures. 

 

Et pourtant je me suis facilement laissée entrainer grâce au style de l'auteur qui accroche dès le premier chapitre.

 

J'ai découvert tout d'abord les deux personnages principaux qui tomberont amoureux l'un de l'autre dès leur première rencontre sans s'être dit un seul mot. Simon est veuf, père d'un adolescent, auteur à succès en manque d'inspiration et surtout inconsolable depuis la mort de sa femme. Naelle, jeune femme mystérieuse et solitaire, travaille dans un magasin de tissus. Elle semble blessée profondément par la vie sans que l'on en connaisse la cause au départ. On apprend à les connaître l'un et l'autre, chapitre par chapitre et l'on sent bien au fil des pages que leur rencontre semble inévitable.

 

Le roman pourrait semblé assez à l'eau de rose et pourtant l'auteur l'évite assez bien. D'autant plus qu'à chaque fin de chapitre apparaissent quelques lignes, sortant totalement du contexte, qui semble même casser l'ambiance, comme une petite voix angoissée.

 

Ces petites lignes, de plus en plus nombreuses et de plus en plus importantes nous transportent alors dans un autre univers, bien plus sombre et sordide, qui expliqueront bien des choses sur le passé de Naelle.

 

Le roman devient alors deux histoires, l'une d'amour et l'autre plutôt thriller qui vont se rejoindre et prendre un nouveau tournant. Pour la première bien que pas trop convaincue j'ai tout de même suivi le déroulement sans trop rechigner. Quant à la deuxième, le suspens est très bien amené et le côté sombre ne tombe pas dans le voyeurisme.

 

Les personnages sont assez intéressants mais je les ai trouvé tout de même un peu trop poussé dans leur personnalité, peut-être un peu trop dans la caricature, notamment Céline, personnage secondaire, amie de Simon qui semble avoir fondé une famille à l'image d'une pub Ricorée. Ceci dit les passages où il en est question apporte un peu de douceur à l'histoire.

 

A découvrir.

 


 

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 04:03

1Q84 T2 1Q84 t3  1Q84 d'Haruki Murakami

  Editions Belfond

  526 pages et 530 pages

  Roman

 

 

 

  Livres lus dans le cadre du challenge Dragon
 2012 organisé par Catherine de La culture se
 partage

Dragon 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Le challenge Dragon 2012 se terminera pour moi avec ces deux tomes avec lesquels j'aurai découvert l'auteur.

Une histoire d'amour somme toute bien compliquée effectivement mais qui semble convenir à plusieurs genres toute à la fois.

Une histoire qui ne se présente plus tant vu le nombre d'articles que l'on peut trouver sur le net. Beaucoup ont aimé mais d'autres ont détesté ou pas du tout accroché.

En ce qui me concerne, le tome 1 m'avait beaucoup accroché par l'histoire, le style et les personnages.

 

Le tome 2 m'a paru moins percutant. Les répétitions qui n'en finissent plus, les détails inutiles m'ont fait redescendre de mon petit nuage. Cependant les personnages sont suffisamment pour rester accroché et tout ce qui restait mytérieux à la fin du tome 1 se dévoile tout de même un peu dans le second tome.

 

Le tome 3 m'a redonné un peu plus d'ardeur dans la lecture. Mais j'ai bien compris qu'une partie du mystère restera à jamais dans l'ombre sans que l'on puisse en connaitre d'avantage. Même la fin nous laisse sur une intérogation. Cependant j'ai davantage accroché à ce dernier tome et les personnages y sont pour une grande partie. Et j'ai complétement accroché au style de l'auteur.

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 04:00

Install Install de Risa Wataya

Editions Picquier Poche

109 pages

roman

Traduit du japonais par Patrick Honnoré

 

 

 

Livre lu dans le cadre du challenge Dragon 2012 organisé par Catherine du blog La culture se partage

Dragon 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Asako est une lycéenne studieuse de 17 ans. Elle décide pourtant un jour de ne pas retourner à l'école, de jeter tout ce qui se trouve dans sa chambre pour faire le vide. Elle va alors faire la connaissance Kasuyoshi, un enfant de 10 ans qui lui récupère son ordinateur pour le réparer.

Leur rencontre va entraîner Asako où elle ne s'y attendait absolument pas. Kasuyoshi va lui proposer un boulot de call girl sur un site pornographique.

 

D'abord surprise, elle finit par accepter. Tout en continuant de cacher à sa mère qu'elle ne va plus a l'école, elle accompli son travail  de façon clandestine où elle découvre un autre monde de mensonge face aux adultes.

 

Leur aventure se terminera tout de même assez bien.

 

Le style est vif, l'histoire est bien construite, l'écriture simple mais sans détour captive et raconte assez bien l'aventure d'une jeune japonaise en mal de vivre.  Il paraît d'ailleurs important de souligner que ce livre à été écrit par une jeune adolescente de 17 ans ans pendant ces vacances.

 

Une bonne lecture

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Asie Japon
commenter cet article
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 04:00

 

Le-vieil-homme-aux-dix-mille-dessins.jpg Le vieil homme aux dix mille dessins

Le roman de Hokusai d'Aude Fieschi

Editions Philippe Picquier

194 pages

1er roman 2012

amour-coeur-00011

 

 

Livre lu dans le cadre du challenge Dragon 2012 organisé par Catherine du blog La culture se partage

Dragon 2012

 

 

 

 

 

 

Alors que son père est sur le point de mourir Oei découvre des manuscrits où il y a écrit ses souvenirs. Elle ne peut alors s'empêcher de les lire malgré la gêne qu'elle ressent de pénétrer dans l'intimité de son père qui était un homme secret et n'appréciait pas beaucoup que l'on vienne toucher à ses affaires personnelles. Elle-même peintre elle est la seule de la famille a partager cette passion avec son père. En commençant sa lecture, elle se rend vite compte que pour l'artiste cette passion prenait beaucoup de place et en laissait peu pour ces proches.

 

Voici le départ d'un roman qui va retracer la vie d'Hokusai ce peintre mondialement connu mais dont tout le monde ne retient pas forcement le nom (moi la première), celui qui a peint entre autre les trente six vue du mont Fuji.

 

L'époque se situe entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, quand le Japon restait fermé au monde occidental. Seul la Hollande pouvait se permettre d'avoir des liens commerciaux en respectant certaines conditions. L'histoire du pays y est également relatée ce qui donne un bon recul sur cette histoire écrite de façon très fluide et où rien  ne semble superflu. L'auteur, diplômée de langue et littérature japonaise est d'ailleurs tout à fait à l'aise sur le sujet.

 

Le récit est parfois arrêté pour faire place aux réactions d'Oei et ses propres souvenirs ce qui donne une autre vision sur l'artiste ou du sujet dont il s'agit. Cela permet également d'apprendre la difficulté pour une femme de se faire une place dans ce milieu.

 

Hokusai pratiquait l'ukiyo-e  comportant la peinture populaire et la gravure sur bois. Les sujets de prédilections étaient entre autre les jolies femmes, le théâtre kabubi, le fantastique et les spectacles de la nature. Il pratiquait son art qui lui permettait tout juste de nourrir sa famille.

 

On le voit évoluer parmi tous les autres artistes et les éditeurs qu'il côtoie, les difficultés que chacun rencontre avec une censure qui ne laisse pas toujours de grande liberté et n'hésite à appliquer la peine de mort. On suit son parcourt qu'il entreprend entre Kyoto et Edo après lequel il publiera plusieurs volumes de ces carnets de croquis et études. Les échanges entre son pays et la Hollande lui permettent de se procurer le bleu de Prusse qu'il va s'empresser d'utiliser dans ses peintures. Hokusai porte un regard intéressant sur les étrangers qu'il a eu l'occasion de rencontrer et aussi de leurs oeuvres totalement différentes des pratiques japonaises.

 

Voici donc un livre fort intéressant et instructif qui se mérite vraiment le détour. Il se trouve de plus en fin d'ouvrage les grandes dates de la vie d'Hokusai, un glossaire et un carte retraçant son parcours.

 

Hokusai4.jpg

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Asie Japon
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 05:00

Je-suis-la-marquise-de-Carabas.jpg Je suis la marquise de Carabas de Lucile Bordes

Editions Liana Levi

140 pages

1er roman 2012

 

 

 

 

 

 

D'un style tout particulier d'écriture Lucile Bordes part sur les traces de sa famille marionnettiste. L'histoire commence en 1850 et l'on suit le parcours de cette famille jusqu'à la mort du grand-père de l'auteur qui laisse cette dernière pleine d'interrogations sur  ce passé qu'elle ignorait jusque là.

 

Peu d'indices l'aideront pour remonter le fil. Son grand-père qui était instituteur ne lui à jamais parlé du piano qu'il possède et que personne n'utilise, des vieilles partitions de films muets. Elle finira toutefois par découvrir un monde féerique.

 

Au commencement il y a Auguste qui quitte l'épicerie où il travaille lorsqu'il tombe sous le charme d'un spectacle de marionnettes tenu par des saltimbanques le père Chock et sa nièce Justine. Il prend la route avec eux, trouve sa place dans les représentations, lui qui a tant de bagout et se marie avec Justine. Un fils naîtra, Émile qui n'a pas la parole aussi facile que son père mais a des dons de mise en scène qui lui permettront de poursuivre cette entreprise familiale.

 

La présentation de cette troupe serait bien sûre incomplète sans évoquer les marionnettes qui ont une place importante sur la vie de tous. Crasmagne est la marionnette vedette, celle qui prend quasiment la place la plus importante sur scène mais aussi dans la vie personnelle des marionnettistes.

 

Lorsqu'Emile est devenu lui-même père de deux enfants, l'époque ne permet plus aussi facilement les spectacles de marionnettes. Il y a la guerre, l'arrivée du cinéma muet et puis la revendication de sa fille qui rêve de s'installer quelque part plutôt qu'être toujours sur la route.

 

On ressent bien dans l'histoire la passion qui anime cette famille. Le rythme de l'écriture fait bien ressortir toute l'ardeur que chacun à sa façon a mis pour faire vivre le théâtre ambulant. La grande histoire n'y a pas une grande place mais qu'importe on s'y retrouve bien. Il y a aussi les anecdotes tout au long de la route partagées avec les compagnons de voyages, les villageois heureux ou parfois réticents à les accueillir.

 

J'ai trouvé dans cette histoire de la chaleur et un plaisr à faire partager une découverte certainement très étonnante.

 


Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 05:00

Deux-zebres.jpg Deux zèbres sur la 30e Rue de Marc Michel-Amadry

Editions Héloïse D'Ormesson

2012

115 pages

1er roman

 

 

 

 

Livre lu dans le cadre du challenge Animaux du Monde organisé par Sharon

Animaux du monde

 

 

 


 

 

 

 

 

Le directeur du zoo de Gaza a eu l'idée après la mort de ses deux zèbres de peindre des rayures sur deux ânes. Ce fait divers aura des répercutions inattendues puisque qu'il sera connu au-delà du pays et attirer l'attention. Il va redonner espoir non seulement au directeur mais également à d'autres personnes qui en éprouvaient bien le besoin. Il va du coup servir de déclencheur de vivre ses rêves pour les cinq personnages du roman.

 

C'est tout simple, plein d'optimisme et même si l'on peut y juger un déroulement sans complication j'ai bien apprécié cette lecture. Je trouve même dommage qu'elle soit si peu développée .

 

 

 


Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 05:00

Les gens du Balto

Les gens du Balto de Faïza Guène

Editions Hachette

153 pages

Romans

 

 

Pour avoir entendu beaucoup de bien de l'auteur je me suis laissée tenter par ce livre qui est un mélange de policier (avec parcimonie) et de vie sociale dans une banlieue en bout de ligne de RER et plus précisément à Joigny les deux bouts. Il n'y a pas grand chose là-bas pour se distraire et le Balto, le café du coin, semble le seul endroit pour y acheter des cigarettes, boire un coup, acheter des tickets à gratter, se donner rendez-vous ; le seul à plusieurs kilomètres à la ronde.

Les gens du coin semblent étouffés dans leur vie en côtoyant le chômage, le racisme, les conflits de générations ; tous semblent vivre dans une certaine médiocrité. Il faut bien dire que les personnages ont des personnalités très nettes mais frôlant parfois la caricature.

Joël, le patron du Balto n'est pas apprécié. Personnage peu agréable, déplacé avec sa clientèle, profiteur. Mais le jour où il est retrouvé mort dans son bar, tout le monde est sous le choc. L'histoire commence d'ailleurs par les propos de la victime qui semble pourtant déjà bien morte mais qui se présente à nous et semble heureuse que l'on s'intéresse un peu à elle. Se sera alors à chaque personnage, suspecté par la police, de venir témoigner en dérivant bien souvent sur sa propre vie personnelle. Le langage est direct, usant autant le verlan, le sms, le grossier et le vulgaire. Les situations sont parfois comiques, parfois pathétiques.

Bien que la fin ne m'ait pas beaucoup convaincue, voire pas du tout, j'ai apprécié le jeux de l'auteur pour la transition d'un personnage à un autre pour arriver jusqu'au meurtrier. Mais je ne suis pas sûre d'avoir choisi le bon livre pour découvrir l'auteur. 

 

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman France
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 04:00

La capitana  La capitana d'Elsa Osorio

 Editions Métailié

 331 pages

 Rentrée littéraire 2012

 

 

 

 

 

 

 Un livre que j'aurai eu envie de classer dans les récits de vie mais je me suis laissée convaincre pour le considérer comme un roman. J'ai choisi ce livre pour cette rentrée littéraire pour le côté révolutionnaire du personnage principal (certainement en relation avec mon humeur de ces derniers temps). Mika de son vrai nom Micaela Feldman de Etchebéhère est une femme au destin hors du commun, ayant vécu partout où la révolution avez besoin d'elle.

 

La lecture n'a pas été facile au démarrage. Déjà parce que le narrateur n'est pas toujours le même. On passe du nous au je parce que l'auteur utilise autant la mémoire de Mika que celle de personnes l'ayant côtoyée, même Elsa Osorio s'interpose dans le récit pour lui poser directement ses questions. Et puis il y a l'avancement tout à fait cohérent (mais là il m'a fallu un moment pour le comprendre et l'apprécier) qui ne s'appuie absolument pas sur une chronologie linéaire. On passe d'une époque à une autre pour ensuite revenir en arrière. Enfin l'univers de la révolution sans prise de recul car nous y entrons directement et en première ligne. Difficile quelques fois d'accepter ce que beaucoup de personnage vive comme évident avec les morts, les enfants armés, cette pensée incessante tournée vers la révolution.

 

Mais une fois passé le cap la lecture est vraiment agréable. On suit le parcours de Mika auprès de l'homme qu'elle aime . Sa vie, elle la consacrée à se battre pour la liberté et l'égalité et n'a pas hésiter à se rendre sur place, là où le mouvement avait besoin d'elle. Elle est partie en Patagonie, à Paris, à Berlin, en Espagne. Cet esprit elle le partage avec Hippo. Leur amour est mis également en avant dans cette histoire ce qui apporte parfois un peu de douceur dans cette vie si tumultueuse.

Mika semble être faite pour cette vie. Même ses lacunes ne lui pose pas tant de problèmes. Elle semble agir à l'instinct (mais aussi parce qu'elle est intelligente) ce qui lui vaut beaucoup de respect de son entourage. Parfois aussi de la crainte, voire de la jalousie.

 

Si je dois recommander ce livre ce sera autant pour connaître cette vie si particulière d'autant plus que l'on apprend dans les notes de l'auteur que ce personnage a été écartée de l'Histoire mais aussi pour le travail et les qualités de l'auteur qui mettent vraiment en lumière cette histoire.

 

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Argentine
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 04:00

Marcus Marcus de Pierre Chazal

Editions Alma Editeur

330 pages

Rentrée littéraire 2012

amour-coeur-00011

 

 

 

 

Je commence déjà par remercier Jérôme qui m'a gentillement envoyé le livre pour que je puisse profiter de la lecture.

 

Un livre que j'avais bien remarqué sur l'étalage (facile à dire et c'est pourtant vrai) mais pour lequel j'avais remis le rendez-vous pour un peu plus tard.

 

De cette histoire j'en retiendrai beaucoup d'humanité. Une histoire où les relations avec les autres ne sont pas toujours faciles que ce soit avec la famille, la société, les amis. Mais il y a toujours quelqu'un ou quelques uns qui sont là pour vous soutenir. Et heureusement car des coups durs il va falloir en traverser quelques uns et pas des moindres.

 

Pierrot le narrateur vit dans les environs de Lille, dans un quartier où l'on ne fait pas grand fortune mais où l'on y trouve solidarité et générosité. Agé d'une trentaine d'années, célibataire, il fait les marchés et fréquente des amis qui connaît depuis l'enfance. Tous n'ont pas eu une enfance très agréable, voire même assez malheureuse. C'est d'ailleurs également le cas de Pierrot. L'adolescence leur a fait côtoyer la drogue. Certains s'en sont sortis, d'autres moins bien avec la cure de désintoxication ou y ont laisser leur vie.


Parmi eux il y a Hélène, toxicomane qui avant de se suicider décide de confier la garde de son fils Marcus âgé de 9 ans à Pierrot. Cet enfant n'a connu  jusque là que les squats auprès de sa mère. 


Pas facile pour Pierrot au début d'accepter cette adoption qu'il finit par accepter et il entreprend tout pour offrir au petit Marcus une vie meilleure. Les sentiments s'installent rapidement entre tous les deux.Dans son petit appartement il lui installe sa chambre, l'inscrit à l'école. La confiance et la complicité prend vite entre tous les deux. Chacun à vite apprivoiser l'autre et ils se donne confiance dans la vie mutuellement. Malheureusement, Pierrot sera conduit en prison et en attente de son jugement pour homicide involontaire on le suit dans sa vie de prisonnier où une seule pensée l'obsède : Marcus l'attend dehors.

 

Un roman dont j'ai aimé le style d'écriture. Il y a dedans plein de tendresse, de mots grinçants et parfois le cri à l'injustice.

Une histoire qui malgré le décor fait chaud au coeur.

 


 

L'avis de Jérôme du blog d'une berge à l'autre



 



Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 04:00

1q84  1Q84 d'Haruki Marakami

 livre 1

 Editions Belfond

 533 pages

 

amour-coeur-00011

 

 


 

 Ça tombe bien c'est la rentrée littéraire ! Mais je pense être quand même légèrement en retard. C'était une première pour moi de m'acheter un livre qui venait de sortir. Maintenant que je l'ai fini je ne comprend d'ailleurs pas pourquoi je ne l'ai pas lu plus tôt. De plus ce livre m'a permis de découvrir l'auteur. Aux dires des adeptes ce ne serait pas le meilleur. Je m'en réjoui car ça me promet de magnifiques lectures pour plus tard.

 

De l'histoire je ne savait pas grand chose, la quatrième de couverture n'en dévoile pas beaucoup et de toutes façons je préférais me laisser découvrir.

 

S'en savoir vraiment où j'allais je me suis régaler à lire l'histoire qui ne m'en rappeler aucune autre. Le fait de passer à chaque chapitre d'un personnage à l'autre n'a fait qu'attiser ma curiosité et me faire augmenter ma vitesse de lecture.

 

Les deux personnages Tengo et Aomamé me plaisent avec la description qui en est faite.

Tengo un grand costaud, n'aimant pas les complications et les responsabilité, prof de math mais aimant s'essayer à l'écriture de romans et qui se fait embarquer un peu malgré lui à la ré écriture d'un roman réalisé par une jeune fille de 17 ans entourée de beaucoup de mystère.

 

Aomamé, grande sportive, pratiquant un double emploi comme liquideuse d'hommes méprisables, marquée par le décès de sa meilleure amie et une enfance passée avec sa famille auprès des Témoins de Jéhovah.

 

Rien, absolument rien ne les unis. Tout au moins en apparence. Mais au fur et à mesure de l'histoire qui se construit on voit bien au fur et mesure que la rencontre va se réaliser sans pouvoir deviner comment cela va se faire. Je crois d'ailleurs que c'est l'impossibilité de deviner la tournure de l'histoire qui me plaît. Tout est dévoilé petit à petit, il n'y a pas d'autres solution que de se laisser conduire. Y aurait-il une tendance vers la science fiction ou le fantaisy. Je n'en sais rien. La seule envie que j'ai maintenant est de me procurer le livre 2 et de me laisser entraîner à nouveau dans cette histoire. Il m'est d'ailleurs difficile maintenant de me plonger dans d'autres lecture.

 


 


Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article

Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map