Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 12:25

Marins perdusLes marins perdus – Jean-Claude Izzo

Editeur : J’ai lu
311 Pages
Roman drame



 

 

 

Jean-Claude Izzo 
Né à Marseille en 1945, il disparaît en 2000. Auteur de romans policiers, dont la célèbre trilogie Total Khéops, Chourmo et Soléa, dans lesquels sa ville natale est un personnage à part entière, Jean-Claude Izzo était aussi poète. Les éditions J’ai lu ont également publié son roman Le soleil des mourants.
Pour en connaître un peu plus sur Jean-Claude Izzo voici son site : par ici



Un cargo accoste à Marseille et n’en bouge plus, abandonné par son armateur. L’équipage composé de marins venus des quatre coins de la terre quitte le navire et tente de retrouver un emploi ou retourne au pays.
Seuls deux marins font le choix de rester. Abdul Aziz le capitaine et Diamantis son second. Commence alors pour eux une mise au point sur leur vie, celle de marin, d’homme, d’amant. Ils se dévoilent un peu, se font quelques confidences mais restent tout de même très pudiques.
Ils seront alors rejoints par Nedim, un marin qu’une mésaventure a obligé de revenir trouver refuge sur le bateau.
L’histoire se raconte entre présent et passé avec de longs passages comme pour marquer la solitude de ces trois marins.
Leur point commun est la mer où chacun y a trouvé une raison de vivre au prix de sacrifier tout le reste et même les personnes qu’ils aiment. Ils perdent leurs repères sur terre.

« Il lui était impossible de se dire « je vais rentrer et attendre ». C’était ça être navigateur. Attendre n’existait pas. Seul partir avait un sens. Partir, revenir. Même ceux qui avaient une famille raisonnaient ainsi. Ou presque. »

Chacun est donc confronté à sa propre réalité que la terre semble leur imposer et  chacun cherche son propre chemin par ses réflexions mais aussi auprès d’autres personnages qu’ils rencontrent dans cette ville de Marseille où ils se sentent si familiers.

« Pourquoi lui avait-il fallu réciter Ritsos ? Qu’est-ce qui lui était passé par la tête, à cet instant ? Il l’ignorait. On ignore toujours pourquoi, et comment, un souvenir vous remonte à la gorge. Ils sont là, c’est tout. Prêts à sauter sur l’occasion. Pour vous tirer vers des mondes perdus. Les souvenirs, quels qu’ils soient, même les plus beaux ou les plus insignifiants, sont des instants de la vie qu’on a gâchés. Les témoins de nos actes inaboutis. Ils ne ressurgissent que pour tenter de trouver un accomplissement. Ou un explication ».

Abdul Azziz est confronté au choix entre la vie de marin qui lui apporte toute l’essence de sa vie et celle de mari avec la femme qu’il aime mais où il ne voit qu’une existence morne.

Diamantis part à la recherche de la femme qu’il a aimée il y a plus de vingt ans afin de lui permettre de faire le point et retrouver un sens dans sa vie. Sa recherche est périlleuse et ne pourra aboutir qu’en payant le prix fort, pour lui mais aussi ses compagnons.

Nedim, jeune et fougueux cherche sa voix sans trop savoir s’y prendre. La mer est bien moins importante pour lui que pour les deux autres.

Malgré un sujet quelque peu tragique les personnages de Jean-Claude Izzo blessés profondément par la vie n’en sont pas pour autant anéantis. Jean-Claude Izzo apporte un témoignage de la vie de marins comme il en existe beaucoup. On y trouve dans ce roman, de la solidarité et de l’humanisme.

Comme a son habitude ses descriptions de la ville de Marseille en font pour le lecteur une agréable visite bien que l’ambiance y est parfois violente et noire.

Un roman pour lequel j’ai eu plaisir à lire.

 

***

 

Adaptation au cinéma en 2003 par Claire Devers avec :
Bernard Giraudeau (Diamentis), Marie Trintignant (Mariette), Audrey Tautou (Lalla), Miki Manojlovic (Abdul Aziz), Sergio Peris Mencheta (Nedim), Norha Khouadra (Gay), Darry Cowl (Falco), Dakary Sangare (Ousbène)

 

 

Marins perdus film

 

 

Adaptation en BD en 2008, dessinateur : Clément Belin aux éditions Futuropolis.

 

Marins perdus bd

 

 

Site officiel de Jean-Claude Izzo


Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman France
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 14:20

Pierre-et-Jean-copie-1.jpg

 

Pierre et Jean de Maupassant

Editions Le Livre de Poche

192 pages

Roman/nouvelles

 


Une famille de petits bourgeois installées depuis peu au Havre vit une existence paisible occupée la plupart de son temps à des loisirs tournés vers la mer.

Pierre et Jean sont les deux frères présentés rapidement en opposition. Ils le sont à bien des égards. L’un, le cadet est blond et d’un tempérament paisible. Il vient de terminer ses études de droit. L’autre, l’aîné de cinq ans est brun et d’un tempérament plus sombre et emporté. Il est médecin.

Dès la première scène, pendant une balade en mer familiale les deux frères sont mis en rivalité pour démontrer leur vigueur devant Madame de Rosémilly amie de la famille.

Cette opposition sera présente tout au long de l’histoire, elle en sera même le principal sujet.

La vie paisible de cette famille sera chamboulée après l’annonce de l’héritage d’un ancien ami de la famille mais dont seul Jean est destinataire ce qui laisse Pierre perplexe.

 

A ce stade de lecture nous faisons connaissance des personnages se limitant aux quatre membres de la famille et deux proches. Le roman est donc enfermé dans cette histoire de famille. Les personnages secondaires, la petite bonne de brasserie et le pharmacien n’apporte même pas le secours désiré par Pierre mais le renvoient plutôt vers la réalité du problème.

 

La mère, Madame Roland est décrite comme une personne adorée de ces fils, au comportement bourgeois, agréable.

Le père, Monsieur Roland est un personnage naïf toujours réjoui par les évènements sans se poser davantage de question. Il paraît sorti d’un vaudeville.

 

L’histoire se poursuit à travers les pensées de Pierre. Sa jalousie (qu’il cherche pourtant à combattre) envers son frère ne cesse d’accroître. De plus les soupçons d’adultère portés vis à vis de sa mère se transforment en certitude. Il n’aura alors de cesse de la harceler jusqu’à ce qu’elle avoue. Pierre semble tout perdre dans cette histoire au contraire de Jean qui devient riche, va se marier, s’installer et semble gagner une place légitime au sein de sa famille au risque d’en exclure son frère.

 

Le comportements de ses deux frères ainsi que de leur mère est fort bien décrit avec pourtant peu de dialogue. Leur relation s’en voit modifiée. Pierre, fils légitime se voit poussé à quitter sa famille pour laisser la place au fils illégitime. Il s’engage alors sur un bateau La Lorraine.

 

La mer a une place importante dans l’histoire. Elle est présente depuis le début jusqu’à la fin et est également très symbolique.

 

Un roman que j’ai trouvé très riche par tout son jeu de mise en scène et tout ce qui ressort des relations des différents personnages. A relire peut-être.

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman France
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 18:45

Un été dans l’Ouest – Philippe Labro

Editons Folio

284 pages

 

« Rien ne vous prépare à l’Ouest », dit le narrateur, l’étudiant étranger de Philippe Labro, parti travailler tout un été dans les montagnes du Colorado. Pour atteindre ce territoire irréel et sauvage, il est d’abord confronté au peuple de la « route ». Il rencontre Amy, la fille Clarke, aux cheveux fous, qui exhalent des senteurs de fleurs séchées – la liberé même. Il vivra avec elle un grand amour, fulgurant, dont le souvenir ne cessera de le hanter. Dans l’Ouest, c’est un autre monde, celui d’hommes porteurs de mystère : Bill, colosse impénétrable, recherché par d’étranges motards ; Dick, et son regard insensé de cascadeur ; Mack, qui l’initie aux secrets de la forêt. Au terme de cette aventure initiatique, qu’est devenu le jeune homme ignorant, apeuré, assoiffé de vivre et de savoir qui se faisait appeler Frenchy ?

 

A moi la parole :

 

Suite de L’étudiant étranger, Un été dans l’Ouest raconte le séjour du nommé Frenchy qui part travailler dans les forêts du Colorado.

Les rencontres qu’il y fera seront d’un tout autre genre de celles faites à l’université. La différence qu’on lui fera ressentir ne sera moins établie sur ses origines que sur son statut d’homme qui a de l’instruction.

Ce sera une lutte quotidienne pour garder sont travail et sa place au sein du groupe mais aussi l’occasion d’amitiés et de rencontres riches et marquantes.

Une belle histoire de relations humaines. Philippe Labro nous raconte sans détour cette rencontre avec cette région des Etats-Unis et les hommes.

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman France Voyages
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 21:20

Le tueur de tempsEditions Pocket

318 pages

 

2024. Alors que le tentaculaire réseau mondial offre toujours davantage d’informations, l’ordre international est au bord de l’explosion… La présidente américaine a été assassinée et une présidente américaine a été assassinée et une photo du meurtrier diffusée sur Internet accuse formellement l’Afghanistan. Mais alors que les Etats-Unis ont lancé une violente guerre contre le régime de Kaboul, il se pourrait que la photo soit en réalité un montage…

Pour Gideon Wolfe, professeur en psychologie criminelle, une personne aussi démente que géniale a pris le contrôle de la Toile mondiale et cherche à plonger le monde dans le chaos. Sa traque le conduira jusqu’à Malcolm Tressalian. Nouveau capitaine Nemo, celui-ci est prêt à tout pour imposer une nouvelle société : falsifier l’histoire ou, à défaut, tuer le temps…

 

 

A moi la parole :

 

Une science fiction qui convient tout à fait à celles et ceux qui ne sont pas des mordus du genre comme moi.

Il m’a semblé quelques fois être assez proche de la réalité.

Une histoire qui ne semble d’ailleurs pas très éloignée de la réalité sous certains aspects.

Le thème vise à dénoncer l’excès d’information au dépend du savoir. Une information qui rime avec manipulation.

Bien que le déroulement de l’histoire soit intéressant et bien construit, notamment la fin l’approche des personnages n’est pas suffisante pour s’y attacher. Leur présentation ressemble trop à une esquisse.

Si le message de cette lecture est que l’information n’est pas la connaissance, j’ai trouvé intéressant le passage où le savoir transmis par la tradition est remis également en question par le personnage principal.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Amérique du Nord
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 21:20

l'étudiant étranger philippe labro

Editions Folio

312 pages

 

Invité par une prestigieuse université de Virginie, un jeune Français découvre émerveillé la vie dorée des college boys, leurs équipes sportives, leur campus dans une vallée paradisiaque. C’est le temps d’une Amérique sage, celle d’avant l’explosion des mœurs et le fracas des années soixante.

Très vite, le jeune homme comprend qu’il reste un « étudiant étranger ». Il va franchir des lignes, transgresser des tabous, sans même s’en rendre compte : d’abord en faisant l’amour avec une jeune institutrice noire, April. Ensuite en tombant amoureux d’une héitière de Boston, Elisabeth, personnage fantasque et corrosif…

Sur un ton limpide de sincérité, ce récit de formation ressuscite, avec humour et nostalgie, les jours fragiles de l’adolescence, quand « tout était la première fois ».

 

 

Mes impressions :

 

Une histoire qui nous plonge dans l’Amérique des années 50, et où le narrateur y découvre en quittant la France pour y poursuivre ses études, tant de différences. Bien qu’il s’insère assez bien dans sa nouvelle université, il ressent constamment cette différence d’état d’esprit. Mais l’Amérique l’entraîne aussi dans de grands rêves et des projets qu’il n’est pas sur de pouvoir réaliser en France.

Les rencontres qu’il fait tout au long de cette année deviennent pour lui une nouvelle expérience, une nouvelle découverte.

L’ambiance de cette Amérique telle qu’elle est décrite m’a beaucoup plu. L’époque où le rock ne va pas tarder à entrer en scène, des « dates » ou sorties accompagné de son ou sa partenaire choisi(e) selon un protocole bien précis, les virées à travers le pays au volant du Buick, les relations avec les noirs.

C’est aussi le style d’écriture de Philippe Labro qui m’a fait aimé ce roman. C’est à la fois drôle et sensible.

 

Buick
Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman France Voyages
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 20:04

DemianEditions Le Livre de Poche

219 pages

 

Quatrième de couverture :

 

Demian est le roman d’une adolescence, roman d’initiation, de formation, et l’un des chefs-d’œuvre du genre. Le sous-titre est : Histoire de la jeunesse d’Emile Sinclair.

Demian enseigne à Emile Sinclair à ne pas suivre l’exemple de ses parents, à se révolter pour se trouver, à s’exposer à la fois au divin et au démoniaque, à traverser le chaos pour mériter l’accomplissement de sa destinée propre.

Les trois romans de Hermann Hesse, Demian, chronologiquement le premier, Siddhartha et Le loup des steppes offrent autant de variations sur le thème de l’étranger qui ne doit pas craindre de se séparer de la société, de « vivre en dehors ».

 

A moi la parole :

 

C’est grand, c’est fort. Autour d’un thème de la découverte de soi-même Hermann Hesse nous expose ce parcours en se glissant dans le personnage d’Emile Sinclair. Hermann Hesse est pour moi plus que tout autre un auteur dont il est intéressant de connaître sa vie et son contexte pour mieux percevoir le contenu de ses livres.

Au départ de l’histoire, Emile Sinclair âgé de 10 ans décrit les deux mondes qu’il connaît. Celui dans lequel il évolue, dont le cadre familial qui lui apporte sécurité, amour, morale et lui trace sa ligne de conduite. L’autre, plus extérieur, un monde défendu mais très proche est plus inquiétant mais aussi plus attirant notamment à travers une relation de soumission avec un autre enfant.

La confrontation de ses deux mondes le plongera dans la réflexion  afin de trouver un équilibre.

Puis Emile rencontrera alors Demian puis sa mère qui seront pour lui des révélateurs, des guides dans son long parcours pour se trouver lui-même.

Il vivra alors de longues périodes de solitude, de détresse alternées par des périodes d’apaisement et de sérénité.

Demian lui démontrera qu’il est plus approprié pour chaque être humain d’accepter son côté sombre, de le révéler afin d’arriver à trouver une harmonie avec soi-même mais aussi avec la société.

Il fera également connaissance avec Pistorius qui le poussera davantage dans sa voie.

Hermann Hesse déploie tout son talent pour exposer sa conception de la nature humaine afin qu’elle évolue vers un monde où chacun trouve sa propre destiné en s’opposant totalement aux devoirs envers les parents, la nation, les dieux afin que ce monde devienne plus tolérant, plus libre. Il appelle à la méditation, à la reconnaissance d’un dieu comme Abraxas qui contient à la fois le bien et le mal. Pour lui ce long parcours doit nous emmener à trouver notre propre place dans le monde.

Une lecture qui m’a beaucoup parlé et interpellé mais il y a toutefois certains passages où j’ai eu du mal à adhérer. Il s’agit notamment de toutes les interprétations qu’il fait de ces rêves et des symboles. Un passage où je ne me suis plus sentie sur le même chemin.

 

Un autre livre traitant du même sujet à travers deux amitiés m’avait également beaucoup plut du même auteur. Il s’agit de Narcisse et Golmund que je relirai avec plaisir.

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Europe sauf France
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 19:58

Franz-et-Clara.jpgFranz et Clara – Philippe Labro

Editions Folio

180 pages

 

Quatrième de couverture :

 

Pour moi, l’âge n’a aucune importance. Depuis la nuit des temps, les hommes et les femmes s’aiment d’amour, qu’elle que soit la différence. Il n’y a pas d’amour impossible.

Philippe Labro

 

Classicisme de l’écriture, romantisme moderne du sujet, suspense psychologique constant, densité humaine des protagonistes : par des moyens parfois surprenants, dans une veine entièrement renouvelée, Philippe Labro explore les facettes secrètes et troublantes du sentiment amoureux. Et nous captive là où on n’attendait pas l’auteur de Tomber sept fois, se relever huit.

 

Mes impressions :

 

Ce ne fut pas un coup de cœur mais tout de même une lecture qui m'a plu. C'est bien écrit, j'aime d'ailleurs beaucoup l'écriture de Philippe Labro.

En fait c'est une histoire où seul l'essentiel ressort. Hormis Franz et Clara les autres personnages sont décrits de façon très lointaine. Même la vie de Franz et Clara n'est abordée que pour expliquer leur rapprochement et leur amour.

Ce que je retiens de ce livre en plus de leur histoire d'amour est le message que nous fait l'auteur de savoir attraper l'essentiel de la vie qui peut passer très brièvement comme le vol d'un papillon.

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman France
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 17:24

Editions : Le Livre de Poche

284 pages

Roman suivi du Journal d'un roman volé

 

Quatrième de couverture

 

Première partie : Dans le Jardin des oliviers, un homme attend que les soldats vienne l'arrêter pour le conduire au supplice.

Quelle puissance surnaturelle a fait de lui, fils de menuisier, un agitateur, un faiseur de miracles prêchant l'amour et le pardon ?

Deuxième partie : Trois jours plus tard, au matin de la Pâque, Pilate dirige la plus extravagante des enquêtes policières. Un cadavre a disparu et est réapparu vivant ! A mesure que Sherlock Pilate avance dans son enquête, le doute s'insinue dans son esprit. Et avec le doute, l'idée de foi.

L'Evangile selon Pilate a reçu le Grand Prix des lectrices de Elle 2001.

 

 

Avis à venir. En proposition de lecture commune.

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 20:35

à l'ombre du vent

Editions : Le Livre de Poche

635 pages

 

 

Quatrième de couverture :

 

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon –Daniel Sempere, le narrateur- dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le cimetière des Livres Oubliés. L’enfants est ainsi convié par son père à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du vent.

Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón  mêle inextricablement la littérature et la vie.

 

Mes impressions :

 

Je savais que ce livre avait plu à beaucoup de monde. Je n’avais pris la peine de lire la 4ème de couverture juste pour savoir que l’histoire se déroule en 1945 à Barcelone. Et me voici entraînée pour la lecture de plus de 600 pages (seulement)  d’un roman captivant, une ou plutôt plusieurs histoires qui s’entrelacent au fur et à mesure que je tourne les pages pour devenir à l’approche de la fin une histoire commune aux personnages.

Comme je les ai apprécié ces personnages. Déjà par leur personnalité mais surtout par leur présence bien marquée dans l’histoire. Sans parler de préférence, le personnage de Firmin par son humour et son tempérament m’a bien plu.

Je dois toutefois reconnaître ne pas avoir été totalement captivée dès les premières pages. L’histoire me plaisait mais je ne voyais pas vraiment où elle allait m’entraîner. Cette histoire est loin d’être banale, j’ai donc finie par m’y accrochée sérieusement.

Je reste admirative devant tant d’imagination. La description des lieux, le cadre de l’histoire, l’ambiance sont si bien décrits avec des mots bien choisis que je voyais Barcelone, ses rues, les personnages mêmes les plus secondaires prendre vie.

L’étrange lien entre Julián Carax et Daniel Sempere, dévoilé au fur et à mesure m’a semblé ne pas être figé dans l’explication de l’auteur mais plutôt laissé à l’appréciation de chaque lecteur. C’est bien souvent le cas, mais plus ici que la plupart des autres livres. « Les livres sont des miroirs, et l’on n’y voit que ce qu’on porte en soi-même ».


Ne passez pas à côté. Lisez-le.


Repost 0
Published by unepauselivre - dans Roman Europe sauf France
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 20:00

41MKKEA8SDL SL500 AA300

Editions Folio

531 pages

Roman

 

 

Quatrième de couverture :

 

William Handle a fondé un quatuor à cordes qui se produit depuis plus de vingt ans. Ce sont de bons musiciens et ils ont du succès. Sa femme, Grace, est peintre et travaille à un album de fleurs pour enfants. Les Handle sont mariés depuis longtemps. Ils ont atteint ce point de leur vie conjugale où le silence, qui signifie une acceptation heureuse des habitudes de l'autre, est un mode de vie. Mais William s'éprend ardemment d'une violoniste et Grace rencontre un jeune homme inquiétant dont la pensée remplit le vide de ses journées. Le silence s'alourdit dans le couple alors que chacun s'enfonce dans ses obsessions amoureuses et que plane la menace de la violence et de la trahison.

Un roman plein d'humour et de perspicacité par l'auteur de L'invitation à la vie conjugale et Les filles de Hallows Farm.

 

 

Mes impressions :

 

Lorsque l’on commence cette histoire c’est pour suivre la vie très routinière des Handle. Chacun connaît l’autre jusqu’à la signification du moindre battement de cils. Mais se connaissent-ils vraiment ? La rencontre que chacun fera l’entraînera on ne sait où mais il est sur que quelque chose est en train de se mettre en place.

Je ne dévoilerai rien de plus de cette histoire. Le résumé du livre me paraît bien suffisant. Les Handle vivent en parfais décalage avec le monde qui les entoure. Nous les suivons dans leur quotidien, dans leur ressenti, leur for intérieur. Des scènes parfaitement bien décrites, pleines d’humour nous emmenant vers un dénouement qui à mon sens donne toute la teneur du livre.

L’histoire m’a semblée très cohérente et (comme je ne trouve pas de mot plus exact) pleine de perspicacité. Un livre dont le titre m’a semblé très bien choisi.

Repost 0

Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map