Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 08:41

La-femme-seule-et-le-Prince-charmant.jpgEditions : Pocket

258 pages

Essais : sociologie

 

Quatrième de couverture : Elles sont quatre millions ou presque à vivre en solo, et leur nombre s'accroît d'année en année. Allons-nous vers une génération de célibataires ? En fait, nous avons déjà commencé à vivre cette révolution sociale et familiale.

Pourquoi tant de femmes vivent-elles seules, et heureuses de l'être ? Est-ce un choix revendiqué et parfaitement admis aujourd'hui ? Et si la solitude n'était plus une maladie mais au contraire un art de  vivre, une volonté d'indépendance et de liberté ?

L'analyse de Jean-Claude Kaufmann apporte des réponses rarement données et difficile à entendre parce qu'elles bousculent trop d'interdits.

 

 A moi la parole :

 

Un titre qui m'a interpellé pour le Prince charmant. Il me semblait plutôt décalé pour notre époque. Le résumé de la 4ème de couverture semblait prometteur, je fus donc curieuse d'en découvrir un peu plus. La lecture a été intéressante et même si à peu près tout ce qui a été écrit n'était pas une découverte en soi tout y est étalé de façon construite et le recul qu'il donne est pas mal du tout.

 

Les week-ends, les réveillons, les couchers de soleil et les impôts seront toujours les ennemis des solitaires.

 

Un essai sociologique dont l'auteur nous décorique la femme seule et le Prince pour nous tracer à travers de multiples facettes cette vie de célibataire, son évolution et sa place dans la société, comment elle est vécue, sa confrontation avec le mariage considéré encore comme le modèle. Un sujet complexe, plein de contradictions  qui incite à la réflexion et non à la prise de position.

 

Pourquoi parle-t-on de Prince charmant encore aujourd'hui ? Parce qu'il semble être encore très présent dans notre tête à nous les femmes. Son image si parfaite entraîne forcément le désenchantement lorsque les prétendus princes, ceux qui sont bien vivants, y sont confrontés.

L'évolution sociale des femmes les a rendue plus exigeantes, elles paraissent également pour certains princes moins accessibles.

 

Les différents chapitres qui en retracent l'évolution m'a bien intéressée. D'un statut en marge de société, elle va progressivement, entre périodes d'acceptation et de rejet,  trouver une place plus légitime sans toutefois perdre son image négative et rester en attente de reconnaissance. 

 

Le  portrait des femmes célibataires dépeint des vies très différentes selon l'âge, la classe sociale ainsi que l'évolution de chacune d'elles. D'ailleurs cette vie, elles n'en n'ont pas toujours fait le choix. Mais une fois installée elle ne souhaite pas forcèment en sortir.

Il ressort également de ce portrait toutes les revendications de cett evie qui apporte une certaine liberté, une autonomie et le refus de s'enfermer dans la vie de couple. Mais il en ressort aussi une déception parfois de ne pas avoir pu trouver le prétendant à la vie de couple qui est au moins à un moment donné espérée, la solitude, le travail sur soi, l'obligation de se tracer une lgne de conduite quand aucun autre appui existe pour s'y soutenir et éviter ainsi les dérives de la solitudes.

Le Prince charmant y est mis à mal. La rencontre semble assez difficile.

 

Ce qui m'a effrayé un peu dans cet essais, c'est la distance qui semble s'établir entre les hommes et les femmes. Comme si petit à petit on se perdai de vu.

Autre chose, la solitude qui y est décrite et que je ne conteste pas dans tous les témoignages est pour moi plus le fait de notre société et qui vise chacun de nous peu importe la situation sociale, une société très (trop) tourné vers l'individu.

Repost 0
Published by unepauselivre - dans Sociologie
commenter cet article

Présentation

Profil

  • Loo

Musique du moment

 

Recherche

Traducteur

 

Lecture du moment

 

 

 

Futures lectures

 

 

LC avec A Girl

date à définir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'où venez-vous ?

Map